Hadopi sonne le début du totalitarisme

Publié le par plumedecib

 

 

Oui, j'écris encore sur HADOPI. Il faut en parler, en parler, en parler. Les véritables objectifs de cette loi sont

 

- La mise sous contrôle du dernier média restant libre, INTERNET

 

- Le début de la privatisation de la Justice puisque des sanctions seront prises par un organisme privé qui aura tous les droits, tous les pouvoirs et surtout de débouler chez vous, de plonger dans votre vie privée !

 

- La disparition de la présomption d'innocence ! Désormais, nous sommes tous coupables si nous ne sommes pas en mesure de prouver notre innocence !

 

C'est pourquoi c'est un combat qui nous concerne TOUS ! Même si nous ne téléchargeons pas. La culture n'est pas non plus une marchandise, il serait temps de s'en apercevoir, il serait temps que nous ouvrions les yeux !

 

Hadopi n'est pas là pour défendre la Création ! La Création se porte bien tant qu'on lui laisse la liberté de s'exprimer !

 

Nous sommes en train de basculer vers un Etat totalitaire. Le travail en amont est déjà colossal et tout est maintenant en place pour donner un dernier coup boule à ce qui pouvait nous garder un coin de liberté. Notre Pays est déjà quadrillé, nous sommes cernés, étiquetés. Nos comptes en banque sont reliés aux impôts, qui sont reliés à la Caf, à l'URSSAF. On peut nous suivre à la trace grâce à la carte bleue. Il y a des caméras partout et même les sms sont lus (voir l'histoire du gars qui est allé en garde à vue cette semaine parce qu'un collègue lui a envoyé un sms lui demandant s'il savait faire dérailler un train, sur le ton de la plaisanterie !) N'empêche que parmi les millions de sms échangés chaque jour, celui-ci a été repéré.

Si le gouvernement souhaitait réellement soigner cette crise, il s'y prendrait tout autrement. C'est en faisant confiance à l'humain qu'on l'aide à se réaliser. A force de se sentir surveillés, à force d'être oppressés, pressés, nous ne savons plus que faire, nous sommes emprisonnés dans le doute, nous n'osons plus rien tenter sous peine d'être pris en flagrant délit de quelque chose.... Voilà comme on détruit un Pays. On s'y prend de la même façon que pour détruire un être humain finalement.

 

Cette nuit, l'assemblée Nationale a voté la double peine. 6 Mai 2009

 

L'internaute considéré comme coupable se verra dans l'obligation de payer son FAI pendant un an. Ce que ces cons de députés oublient, c'est qu'INTERNET n'est pas seulement un outil de télé chargement. Il sert à toute la famille. C'est donc toute une famille qui est prise en otage, c'est une peine collective qu'ils comptent nous infliger. Mais Albanel a déclaré qu'Internet n'est pas un droit fondamental puisqu'on peut aller chez le voisin s'en servir. Sans déconner ? SI, si.

 

Il ne faut pas oublier qu'Internet permet de faire d'énormes économies de papier puisque presque tout désormais transite par lui. Je reçois mes factures, mes demandes de paiement et quittances de loyer, je consulte mes comptes, je fais de la recherche de logements, d'emplois. Je peux également chercher un produit et comparer les prix. J'organise mes séjours, j'achète mes billets de train. Je consulte le carnet de note de mes enfants. Mon fils étudiant prend ses cours par Internent via le site de la fac. Les profs ont presque tous un site. Ils font les corrections par Internet. Mes enfants font leurs recherches pour l'école, leurs exposés etc.... Nous y avons les programmes de télé, la météo, les infos du Monde. Nous pouvons discuter avec nos proches, nos amis même s'ils sont à l'autre bout de la planète... Nous lisons, écrivons, échangeons, communiquons sur Internet, nous faisons la promotion de nos idées, nos activités. Nous cherchons des idées recettes, déco, des remèdes de grand-mère, des astuces de bricolage, nettoyage etc... Internet est également une gigantesque bibliothèque qui nous permet de nous cultiver, de découvrir le Monde, des peuples, leurs coutumes etc... La liste n'est pas exhaustive....

 

Tout a été fait pour que le maximum de gens puissent accéder à Internet et ce, en très peu de temps, car il a été avéré que l'accès à Internet est un droit fondamental. C'est pourquoi les FAI se sont activés pour couvrir le territoire en haut débit. Et maintenant, la grande Albanel, vient nous dire que  l'accès Internet n'est plus un droit fondamental ? Ca ne l'est plus dans un Pays où l'Etat devient totalitaire.

J'en veux aux artistes qui se sont laissés bernés par des propos pourtant assez mal déguisés. L'artiste est par définition un esprit libre, c'est pourquoi de tous temps, il respecte la liberté,  il la sert, il la défend. Mais grâce au disque, il est effectivement devenu rentier et certains n'ont plus guère de talent de création. Ils visent la montée de la rente. C'est pourquoi ils produisent de la daube, c'est pour faire de l'argent. De la liberté, il en parle dans ses textes pour faire croire qu'il est contestataire, mais la liberté est devenu aussi un produit marchand.

Lalanne disait chez Taddéi que des artistes s'élèvent contre le télé chargement parce que certains ont peur de ne plus avoir assez d'argent pour faire refaire leur piscine. J'atteste que cela est vrai. J'en connais un qui avait fait faire une piscine et quand il l'a vue terminée, le bleu du fond ne lui convenait pas. Il a tout fait démolir pour qu'on lui en refasse une verte !!!

 

 

Publié dans HADOPI

Commenter cet article

Naradamuni 11/05/2009 20:56

Reprenons disait une vieille mayonnaise 
"... peut conduire à une crise nationale extrêmement grave. Mais aussi, ce peut être le début d’une sorte de "résurrection" (!)... Quant à l’armée, qui est normalement l’instrument de l’État, il convient qu’elle le demeure. Mais encore faut-il qu’il y ait un État..."Salan a chargé certains de ses subordonnés d’étudier une conquête de la métropole par une intervention militaire appuyée par des troupes d’Algérie . Le 24 mai 1958, les parachutistes du 1er choc de Calvi mettent en place un comité de Salut public. L’opération "Résurrection", opération de parachutage à Paris, a été prévue pour la nuit du 27 au 28 mai. La rumeur d’une opération ayant Paris pour objectif se répand. La guerre civile semble menacer. Investi le 1er juin 1958 comme président du Conseil avec les pleins pouvoirs et la mission de réformer la constitution, le général de Gaulle confie au garde des Sceaux, Michel Debré, et à une équipe de juristes la rédaction d’un texte constitutionnel.Le 4 septembre 1958, de Gaulle présente solennellement aux Français la nouvelle constitution et leur demande de l’adopter par référendum." Le général De Gaulle devient le premier président de la Vème République le 21 décembre 1958.http://boomer-cafe.net/version2/index.php/Ce-jour-la-dans-les-annees-50/13-mai-1958-de-Gaulle-le-retour.htmlMerci les crises nationales extrêmement graves, les guerres civiles qui semblent menacer, merci les veaux tant et tant, merci les pov'c... - Merci les pov' délinquants et voleurs qui essayez de faire aussi bien que nous malgré les faibles moyens dont vous disposez.- Merci les pov' de boire si avidement les bonnes paroles que nous déversons dans nos médias pour vous endormir.- Merci les pov' de réclamer des systèmes de surveillance et de répression qui permettent de vous contrôler efficacement.- Merci les pov' de vous sacrifier pour les pseudo-révolutions contre les aristocraties et autres tyrans que nous retournons ensuite toujours à notre profit exclusif.  - Merci les pov' qui nous donnez la joie d’exercer la charité à bon compte, et sans changer en rien l’ordre social qui nous est si favorable.- Merci les pov' de mourir à notre place dans les guerres que nous fomentons pour notre gloire.- Merci les pov' pour votre descendance qui servira comme vous notre puissance- Merci les pov' d’adorer le maigre travail qui nous nourrit grassement.- Merci les pov' d’être aussi égoïstes et avides que nous.  Gloire aux pov' qui s’en prennent à plus pauvres qu’eux !- Merci les pov' d’être incapables de vous unir, et de soutenir sans trop de réserves le système qui vous exploite.- Rendons grâce aux pov' de voter pour les candidats que nous avons choisis pour eux.- Merci les pov' d’accepter des conditions de vie déplorables qui nous permettent de nager sans partage dans le lu

plumedecib 12/05/2009 09:42


..... 


Naradamuni 11/05/2009 00:26

... qu’ils ont bien respecté leurs promesses électorales.
De toutes façons, cette assemblée ne doit comporter aucun parlementaire ou ministre parmi ses membres ayant droit de vote car ces acteurs-là sont clairement juges et parties : s'ils votent à la Constituante, ils élaborent eux-mêmes les contraintes qu'ils auront à respecter plus tard ; ils ne sont donc pas impartiaux du tout.   Ceci est essentiel.
Il est cependant sans doute souhaitable que des parlementaires et ministres puissent conseiller les constituants, mais sans prendre part aux votes.
À tout le moins, une part significative (la moitié ?) de l'AC devrait être composée de simples citoyens tirés au sort et acceptant cette responsabilité (volontaires).
Des spécialistes reconnus, et indépendants des pouvoirs économiques, devraient aider les Constituants par des conseils, pour éclairer leur jugement.
La Constitution va être lue et votée par tous les citoyens. Elle doit donc être courte et parfaitement lisible. Elle doit être exprimée en termes simples, sans renvois ni références croisées.
Chaque article de la Constitution devrait être explicité par des commentaires contradictoires, exprimés en langage simple, pour que le peuple puisse bien le comprendre les enjeux réels avant de valider le texte ou le rejeter.
 




Institutions européennes


Constitution française de 1958




De ce point de vue, le TCE est inadmissible à plusieurs titres :
aucun de ceux qui l’ont écrit n’a été élu pour cela,
plusieurs d’entre eux étaient au pouvoir ou en voie de l’être, ce qui les disqualifiait (ils étaient à la fois "juges et parties"),
le pouvoir des "Constituants" était largement factice puisqu’ils étaient contraints, pour l’essentiel, de reprendre les traités antérieurs (tous élaborés sans les citoyens),
le texte proposé était aussi long que complexe et trompeur,
et il n’a même pas été physiquement remis à tous ceux qui devaient le voter (cf. référendum en Espagne).


La Constitution de 1958 n’est pas plus légitime : un tout petit groupe de politiciens professionnels a rédigé en secret un texte caricaturalement en leur faveur et l’a soumis au peuple en urgence, sous la pression de l’armée, sans débat honnête.
Après plus de quarante ans de mépris du parlement français, nous pourrions enfin imposer en France un processus constituant vraiment démocratique.




http://etienne.chouard.free.fr/Europe/Bonne_Constitution_Guerison_Democratie.htm
Souvenons-nous : 13 mai 1958 : De Gaulle, le retour...
A 20 heures Radio-Alger annonce : "Algériens ! Le ministère de l'Algérie a été pris d'assaut. Un Comité de Salut public est constitué à Alger sous la présidence du général Massu." Il rassemble des militaires et des politiques comme Raoul Salan, chef des forces françaises en Algérie, Jacques Massu, chef de la 10e Division Parachutiste basée à Alger ou Léon Delbecque, envoyé de Jacques Chaban-Delmas, ministre de la Défense, et gaulliste.




Le 19 mai 1958 dans sa conférence de presse De Gaulle déclare : "Ce qui se passe en ce moment en Algérie par rapport à la Métropole et dans la Métropole par rapport à l’Algérie peut conduire à

plumedecib 11/05/2009 09:14



il en manque encore un bout Naradamuni !


 


Je crois qu'on va faire un et même plusieurs grands billets sur cette Constitution de 58. Il est des actes et des actions qu'on ne remet pas en question, leur intérêt est devenu évident, alors
qu'on ne sais même pas de quoi il s'agit... Il est des hommes que se sont fait passer pour providentiels et dont la mémoire ne souffre pas qu'on en fasse une analyse impartial... Pourtant, il
faut bien commencer par le commencement !



Naradamuni 10/05/2009 14:09

"De Gaulle disait que les français étaient des veaux. C'est certainement pour cela qu'il a créé le modèle de la 5e république. Elle a été conçue pour qu'ils se croient en démocratie, et on n'a jamais vu pareille monarchie."

Sans la protection du droit, la loi du plus fort, la "loi de la jungle", domine tous les peuples de la terre.  Partout où le droit recule, les plus faibles (qui sont aussi les plus nombreux) sont exposés aux brutalités des puissants.
En 1789, notre peuple s'est affranchi de l'arbitraire en prenant son sort en main : les hommes libres ont voulu décider eux-mêmes de leur destin en créant un état de droit où le peuple est souverain, plutôt que soumis à une oligarchie héréditaire (nommée "aristocratie" par abus de langage, l’hérédité n’ayant évidemment aucune vertu pour sélectionner "aristos=le meilleur").
Il faut vraiment imprimer et relire souvent la superbe Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 (http://www.justice.gouv.fr/textfond/ddhc.htm).
La "Constitution" est le texte fondateur, le pacte de mode de gouvernement que le peuple signe avec ses représentants pour établir mais surtout limiter et contrôler les pouvoirs (Parlement, Gouvernement, Juges), toujours au nom du peuple, source de légitimité pour tous les pouvoirs.
Ce texte supérieur fixe "le droit du droit" : il dit comment et par qui doit être écrit, appliqué et jugé le droit, au nom des citoyens.
Une constitution est un acte de défiance, un outil pour affaiblir les pouvoirs. Il ne faut jamais oublier cela et chaque citoyen devrait prendre en charge la vigilance sur ce point.
En aucun cas, la Constitution ne devrait fixer une politique économique car la politique doit pouvoir être constamment corrigée selon la conjoncture et les choix collectifs : c'est donc le Parlement qui détermine cette politique qui peut être, éventuellement, réorientée par référendum. La politique à mener n'est pas une "institution" : elle doit pouvoir varier (alternance) au gré des élections.
 





Institutions européennes


Constitution française de 1958




De ce point de vue, les traités européens (Rome, Maastricht, Amsterdam, Nice et le TCE) qui imposent aux peuples une politique économique figée au plus haut niveau du droit sont une forfaiture, un hold-up de l'alternance politique.
Ces traités doivent  être dénoncés et abrogés.


Aucune politique n’est imposée dans l’actuelle Constitution française, comme dans les autres démocraties du monde.
Rien à redire sur ce point.





Débat forum : 1A La Constitution définit les pouvoirs sans imposer une politique économique

La rédaction de la Constitution doit être, par la force des choses, déléguée à quelques uns, réunis en une Assemblée constituante, mais le débat doit être ouvert à tous les citoyens qui doivent pouvoir prendre la parole publiquement dans toutes les assemblées pendant le travail constituant.  Toutes les interventions devraient être consignées et publiées sur le site Web de l'Assemblée et diffusées sur les médias, notamment sur une chaîne de télévision spécialisée sur ce sujet.
Le débat ne doit pas être faussé en imposant que soit reprise telle ou telle disposition antérieure (comme la partie III du TCE, dans laquelle la "Convention Giscard" était censée simplement reprendre les traités antérieurs, sans rien y changer d’important) : les Constituants devraient être souverains pour proposer au peuple le texte original qui leur paraît bon.
L'Assemblée constituante est formée pour la durée de l'élaboration du texte ; elle est normalement dissoute après le référendum. Cependant, on peut imaginer de la garder mobilisée pour prendre en charge le contrôle de constitutionnalité des normes, ainsi que pour proposer des révisions constitutionnelles.
Elle peut être élue par le peuple sur un programme politique constituant, mais certains insistent fortement pour désigner les Constituants par tirage au sort. Remarquons qu’à Athènes, le tirage au sort était la règle générale ; il était effectué parmi les volontaires.
Il faut prendre le temps d’examiner ce point, car il est décisif et l’élection de l’Assemblée Constituante ne va pas de soi.
En effet, les hommes politiques professionnels sont juges et parties dans le processus constituant : par exemple, ils vont trouver tous les défauts au référendum d’initiative populaire pour protéger leur propre pouvoir du contrôle direct des citoyens au lieu de défendre l’intérêt général. Autre exemple important, pour les mêmes raisons, ils vont s’arranger pour ne prévoir ni le décompte ni les effets des votes blancs, et encore moins le mandat impératif qui permettrait de contrôler qu’il

plumedecib 10/05/2009 22:57


Ag il en manque une partie Naradamuni....


arkane 09/05/2009 22:29

Le jour du vote allez vous divertir !!!!! ce sera plus utile et vous ne signerez aucun cheque en blanc.

plumedecib 10/05/2009 08:45



j'espère bien que les gens en ont assez de signer des chèques en blanc... Enfin, on peut toujours rêver....


Cela m'amène à une réflexion... De Gaulle disait que les français étaient des veaux. C'est certainement pour cela qu'il a créé le modèle de la 5e république. Elle a été conçue pour qu'ils se
croient en démocratie, et on n'a jamais vu pareille monarchie. Elle s'est peaufinée au fil des ans... Et le seul moyen qui nous est malheureusement donné pour la faire tomber, c'est une
révolution.



sixtine 09/05/2009 14:40

Je suis sidérée de constater le peu d'impact de l'Europe dans les décisions qui sont prises...? A quoi sert l'europe si chaque Etat ne fait que ce qu'il veut !C'est encore ce qui me déçoit le plus !