La voix d'Irina Belenkaya

Publié le par plumedecib

 

 

 

Médias et père d'Elise n'arrêtent pas de s'exprimer dans un seul sens. La justice s'en tient à priori à ratifier des décisions prises sans tenir compte de l'intérêt de l'enfant, ni de la voix de la mère. J'apprends qu'en 2007, alors qu'Irina sombrait dans la tristesse, Monsieur André a obtenu qu'elle soit frappée d'une interdiction de sortie du territoire français. Quel est donc ce Pays qui autorise qu'on coupe une femme et son enfant de leurs racines, qui leur refuse toute autre culture que la sienne ?

Le couple s'était installé en France depuis quelques mois et le moral d'Irina ne cessait de baisser. Parlant mal le français, il lui était difficile de s'exprimer, voire de se défendre. Elle se sentait probablement isolée dans un Pays qui n'était pas le sien. Isolée ? Non, prisonnière en fait.Prisonnière dans le Pays qui se dit grand champion des droits de l'homme !

 

La justice avait ordonné en Janvier 2009 une enquête sociale. Quelles en furent les conclusions ? Les enquêteurs sociaux ont suffisamment d'expérience pour déceler les problèmes de harcèlement moral. De même les attachements un peu trop poussés de certains parents vis-à-vis de leurs enfants. Monsieur André ne me plaît pas, j'ai une mauvaise intuition le concernant. Ce n'est qu'un sentiment personnel. Certains ne trouvent rien à redire à ces "bisouillages" devant la caméra, moi si. Sur des dizaines de photos, le père tient l'enfant dans ses bras et l'embrasse. Sur France 2, on voit la petite fille mettre sa main sur la bouche de son père, réflexe d'enfant pour lui intimer l'ordre de se taire ! A-t-il besoin de montrer à quel point il aime son enfant ? A-t-il besoin de prouver que ses propres rapts ne sont dûs qu'à son amour intensif, à tel point d'oublier le bien être de l'enfant ? Les paroles de cet homme et sa façon d'expliquer à sa fille devant caméras et journalistes que sa mère est méchante mais que maintenant elle n'a plus rien à craindre parce que son papa est gentil, devrait être sanctionné. Son avocat lui a sans doute soufflé de faire profil bas pour faire taire les animosités devant une conduite aussi déplacée, en proposant un accord amiable. Mais cet accord, pourquoi n'a-i-il pas été pris avant ? Pourquoi a-t-il fait interdire à sa femme la sortie du territoire français en 2007 ? Pourquoi Irina clame-t-elle que son enfant est en danger ? Nulle oreille ne doit rester sourde à cette déclaration encore moins celle de la justice française. La vie d'une enfant est en jeu.  (lien). Personne ne détient la vérité en claquant des doigts, toutes les pistes doivent être exploitées pour éviter les jugements hasardeux. Ce n'est pas parce que le père a le talent de faire un cinéma dans le plus large format qu'il devient un héros avec une moralité à toute épreuve.

 

Une chose est à faire, rapidement : que les deux parents se rencontrent devant l'enfant et fassent également preuve d'humilité, de sagesse. C'est la plus belle preuve d'amour qu'ils peuvent lui donner. C'est l'avenir d'Elise qui est en jeu. Car tout s'accumule dans l'insconscient, tout se mélange, le résultat peut  être terrible. On ne reviendra jamais en arrière et tout est déjà écrit dans sa mémoire. N'en rajoutons pas.  La mère n'ayant pas été déclarée inapte, je ne vois  pas pourquoi la petite fille serait-elle privée de son amour, de son attention. Il faut savoir qu'elle est en détention préventive, les pinces aux poignées, tandis que le père susurre des mots doux à sa fille en faisant  subtilement passer la mère pour un monstre !  A ce propos, les autorités Hongroises ont peut être voulu faire un excés de zèle en enfermant la mère, il y avait bien sûr une autre  solution. Et si elles sont sensibles aux mandats internationaux, elles devraient l'être à l'encontre du père qui en a un aux fesses, collé par la Russie. L'enfant n'aurait pas dû être rendu au père avec une telle facilité. La France n'est pas le détenteur du droit international.

 

Elise a par le choix des parents la chance d'appartenir à deux Pays, d'avoir donc deux cultures. Ce ne doit pas devenir pour elle une torture. C'est une chance exceptionnelle qu'il convient aux parents de lui faire vivre à fond, dans un consensus adulte seulement au service du bien être de la petite. 

 

En attendant, j'exprime mon soutien à la mère d'Elise. Je rappelle que la mère, lorsqu'elle appelait son enfant n'avait pas le droit de lui parler en Russe, interdiction formelle du père !!! 

 

IRINA

Et lui il n'est pas en état d'arrestation ? commentaire pris sur LE POINT  . Je m'associe à cet appel. 

jeudi 16 avril | 10:25

Quand on pense qu'un Fortin a enlevé ses enfants pendant 11 ans, (en Ariège pas besoin de 2 signatures sur le passeport Mme Morano) qu'il a pris deux mois seulement de préventive, et que la mère a retiré sa plainte pour ne pas le charger ! Et ce sale type enlève la môme à Moscou, alors que la mère était partie s'occuper de son aînée d'un premier mariage et qu'il en a profité pour courir au JAF de Tarascon pour se faire donner la garde et qu'il maintient sa plainte contre Irina ! Quel sale type ! La grand-mère maternelle a expliqué sur Europe 1, qu'il l'avait laissée accoucher seule à Moscou, qu'il ne l'avait vue qu'à 7 mois, tout juste s'il la connaissait quand il l'a enlevée. Et lui n'est pas en état d'arrestation ? Quand la petite sur France 3 a ouvert la bouche la première chose qu'elle a dit c'est : "Je veux maman". Il a essayé de rattraper le truc gêné, le géniteur, en disant "elle est contente de retrouver papa, mais elle veut sa maman, c'est "normal". Faut pas lui laisser cette enfant, mères levez-vous pour Irina, demain ce sera peut être vous qui sans avoir failli de votre rôle de mère, sans être maltraitante, pourrez vous faire enlever vos enfants par un père intégriste et "victime" professionnel qui utilise les médias, et la cause des pères pour se défendre de le diktat du patriarcat tout puissant.

 

 

 

Publié dans ENFANCE

Commenter cet article

Salama 25/10/2009 00:19



La justice a tranché. Dans le vif d'un lien naturel. Celui qui unit une mère à sa fille de 3 ans. Cette maman verra sa fille « deux heures par semaine tous les vendredis à Marseille » sous haute
surveillance (notons que le lieu était fermé un mis en été). Jean-Michel André, le père, a approuvé la proposition de la Juge* de Tarascon, "//C'est une solution que moi-même j'avais
préconisée"//.( La Provence 04juin)
In Nomine Patris


*Mme Fabienne Allard



plumedecib 25/10/2009 00:28


Merci Salama pour ces informations. Je vais lire le dossier sur votre site et ferait un nouveau billet.


phil 10/10/2009 15:54


Vivement que la petite soit laissée au calme à son père. Sans sa mère bigame, sans agression physique ni privation de l'autre parent. Elle mérite MIEUX qu'une rocambolesque cavale à travers
l'Europe. La médiation dans ce cas ne sert à RIEN. Sa mère risque de finir en prison : ce serait justice si elle a commandité l'enlèvement de sa propre fille et le tabassage d'un de ses deux maris.


NADINE VILLIERS 06/07/2009 18:38

En tant que mère, en tant que femme, je ressens très fort que la petite Elise est en danger. Irina le sait, elle a raison.

plumedecib 06/07/2009 18:44


Je suis comme vous.... C'est pourquoi je suis Irina de très près....


Carotte 20/04/2009 03:17

plumedecib 20/04/2009 09:43



Bonjour Carotte,


je suis étonnée d'avoir un texte sur le message mail et rien sur le blog. Je vais donc me permettre de faire paraître votre commentaire ci-dessous.En ce qui concerne Monsieur André, celui-ci m'a
l'air assez dérangé et continue à le prouver en demandant à son ex épouse de faire des excuses publiques !!! Il se prend pour qui ce type ? Déjà faire déclencher l'alerte enlèvement pour ce cas
n'est  absolument pas normal, d'autant que les enquêteurs étaient parfaitement au courant que c'était l'enfant était avec sa mère. Cela coûte donc très très cher au contribuable... Toute
cette médiatisation n'est pas non plus normale, pas plus que cet étalage du père qui n'arrête pas de se trimbaler avec sa fille en guise de trophée. Ses paroles blessantes en public et devant
l'enfant auraient dû alerter la justice depuis longtemps car il s'agit effectivement de harcèlement moral....


 


Voici donc votre commentaire et à bientôt carotte :


 


 Votre article me trouble tant il correspond en tout point à mon point de vu. J’ai été choquée par l’image de se père qui vient tout juste de récupérer son enfant, et qui ne le préserve pas
des médias, qui l’expose même !!! Je considère le fait qu’il s’exprime en des termes odieux lorsqu’il est question de la maman de la petite Elise, odieux car il s’agit selon moi de maltraitance
morale, comment peut-on calomnier une maman devant son enfant ? Et vice et versa…
 J’ai aussi cette impression qu’il est vraiment malsain, de part son attitude, son égoïsme.
 Comment peut-il juger la maman d’Elise alors que lui-même est coupable d’enlèvement ?
 Ce n’est pas de l’amour, de la haine ça oui !



Circé 18/04/2009 17:53

Concernant cette affaire, je dois bien avouer que je suis moi aussi mal à l'aise.Comment a-t-on pu prendre une telle décision sans la présence de la mère ?Parce que les absent(e)s ont toujours tort, évidemment.Je suis extrêmement peinée pour cette petite fille.Va-t-on enfin écouter les deux partis ?Va-t-on enfin privilégier l'intérêt de l'enfant dans cette affaire et demander un suivi psychologique, et enfin une enquête approffondie sur les DEUX parents ?

plumedecib 18/04/2009 18:03


Tout à fait Circé... Je ne comprends pas l'attitude de la justice française sur ce coup-là. Elle se croit peut être toute puissante. J'ai entendu que les Hongrois s'étaient montrés complaisants, us
égards aux origines du président français... Mais il n'y a aucun égard pour la petite qui a vu sa mère se faire menotter par des flics en emmener... Et le père qui n'arrête pas de dire que "maman a
fait une grosse bêtise, mais on va l'aider à s'en sortir... " si c'est pas un truc de manipulateur pervers....