Faut s'méfier d'un bayrou qui brille...

Publié le par plumedecib

 

 

 

 

Ca tout ce qui brille n'est pas d'or et Bayrou a beau s'astiquer les dents chaque matin, la teneur de son discours reste  opportuniste. Il surfe à l'aise sur la vague de l'opinion publique, quoiqu'un peu en décalage, et il est d'autant plus malléable qu'il n'a au fond aucun programme. Bayrou, c'est le coucou de la politique ! Mais à priori, il parvient encore à enfumer des hommes politiques puisque Villepin puis Hollande tentent de lui faire la courte échelle. Ca sent la récup' tout ça bien sûr. Décidément, les politiques ont dans leur cour de jardin d'enfants des murs bien trop hauts pour se connecter au réel. Ils continuent à s'alimenter de leur vieille cuisine démago et se dorlotent le chou avec du piment d'Espelette !

 

J'ai peine à croire que la bouillie bayrou deviennent consistante au point de nous donner un programme politique bâti sur l'intérêt général. Il va sortir encore un livre vide puisque comme toujours concentré de ces discours aux accents giscardiens. C'est assez malin me direz-vous car ainsi chacun peut l'assaisonner à son goût et donc y trouver son compte. Bayrou, c'est comme les prédictions des voyants, ça s'adapte à ce qu'on a envie d'entendre.

 

Assez de toute cette cuisine réchauffée, les vieilles casseroles ont fait leur temps et même passées à la paille de fer, elles n'auront plus le fond qui brille ! Assez de tous ces ringards saucissonnés par leurs ambitions, bardés jusqu'aux yeux de leur suffisance ! Et ce n'est pas question d'âge mais bien d'état d'esprit ! Les règles, on s'en tape et leur programme de merde aussi ! Liberté, liberté chérie, viens qu'on t'embrasse qu'on te porte aux nues ! Laissez nous vivre enfin et sentir par nous mêmes le zef !

Publié dans POLITIQUES

Commenter cet article

Naradamuni 17/04/2009 19:29

... du peuple (Parlement, Gouvernement, Juges), à l’évidence, il devrait donc également être rigoureusement interdit à ces représentants de changer eux-mêmes la moindre ligne de la Constitution :


Ni les parlementaires, ni les juges ne peuvent transformer le texte fondamental qui établit leur propre pouvoir : seul le peuple lui-même, directement, par référendum, peut modifier les institutions (qui sont les siennes, il ne faut pas l’oublier).Aucune révision de la Constitution, si légère soit-elle, ne devrait donc pouvoir être validée sans Référendum d'Initiative Citoyenne.
- Sans instauration préalable du RIC, il est INDÉCENT d’oser parler de Démocratiehttp://www.ric-france.frhttp://blog.tcrouzet.com/2007/03/04/pour-une-assemblee-constituante/http://levillagedesfacteursdimages.org/facteursdimages/spip.php?rubrique505
Le Peuple est multi-indiviudalité, l'amateur en cela est pro en ceci !La Richesse de sa Biodiversité est sa Puissance, et non le divisionnisme, communautarisme, corporatisme, etc... qui en sont la déficience.Peut-on borner le domaine d' intervention du peuple ?
- Rien ne justifie une réponse positive si ce n'est un doute de mauvais aloi, sur la capacité de celui-ci.Michèle Guillaume-Hofnung, professeur de Droit, dans "le référendum" chez Que sais-je ? Page 31.
- Il n'est pas démocratique de dire qu'un peuple n'est pas "assez éduqué" pour prendre des décisions politiques.Gil Delannoi . Directeur de recherche FNSD)
MUNICIPALES:
F.BAYROU est un champion de la formule...
Ce champion de la formule ne voit pas la poutre qu'il a dans l'œil et qui pourrait bien migrer...
M. François Bayrou a en effet rappelé à PARIS  que le Modem restera « libre » en cas d'accord avec Bertrand Delanoë car « il n'y a pas ceux qui dirigent et ceux qui obéissent ».
Nous voudrions lui rappeler que comme Mme DESARNEZ à Paris, lui-même à PAU a refusé de donner la garantie aux Palois que s’ils étaient plus de 20% à le demander – dans le cadre de la loi du 13.08.2004- ils pourraient reprendre la parole pendant les 6 ans de la mandature.
Il y a donc bien pour M. Bayrou « les couillons qui signent les chèques en blanc et ceux qui les encaissent ! » Il a, en plus, eu de culot de déclarer il y a peu a la télévision -je l’ai vu- « Les promesses électorales n’engagent que ceux qui les écoutent ! » ...C’est vrai.
M. URIETA et Mme Lignières-Cassou sont également pour la confiscation du Pouvoir pendant 6 ans... Ils ne veulent pas non plus que même 20% des citoyens, ce qui est énorme, puisse demander une consultation de la population pour donner leur avis par exemple avant un endettement pour 30 ans de la ville... L L (Aucune liste ne fera probablement 20% des inscrits au 1er tour...)
Le vote blanc n’étant pas reconnu comme un suffrage exprimé, Nous invitons tous les véritables démocrates PALOIS à l’ABSTENTION.
 Il est en effet très important de « délégitimer » au maximum ces prétendus représentants dont il est établi qu’ils ont tacitement refusé de vous rendre la parole avant 2014 !!
La Direction collégiale du Rassemblement pour l’Initiative Citoyenne (RIC)
Post scriptum.
Rappelons que les MODEM de NANTES, STRASBOURG, VILLEURBANNE, PERPIGNAN, ont fait signer par les 10 premiers de la liste un « Engagement public » sur la mise en place de nos modalités de RIC communal... ! Et qu’à LYON le RIC était déjà dans le programme de la liste MODEM...

Naradamuni 17/04/2009 12:35

Ne sommes nous pas "libre" de revenir sur les priorités oubliées de l'étatet les responsabilités que, devant le fiasco et l'abandon et le fiasco, devrait se rapproprier le citoyen.http://www.dailymotion.com/video/x8rx9r_sm-role-de-letat-devoir-du-citoyen_news?from=rssL'élection est fondamentalement aristocratique, seul le tirage au sort est démocratique.Démocratie élection = TrahisonÉlire = créer une élite = créer une caste dominanteAujourd’hui ce sont les commissions d’investiture de Droite et de Gauche qui désignent à tous, tous les niveaux de « prétendus représentants du peuple » ce qui viole les articles 3 et 4 de la Constitution :"La souveraineté nationale appartient au peuple qui l' exerce par ses représentants et par la voie du référendum. Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s' en attribuer l' exercice.(...)".La souveraineté nationale au Peuple et non aux partis, syndicats qui en sont à justifié et accepter la régression actuelle en espérant quelques miettes ou pour certain en pompant directement les caisses publiques, chevillés aux puissances économiques privés et "particulières" !
On peut se demander pourquoi personne ne nous apprend, ni à l'école ni dans les journaux, que durant toute l'histoire des hommes, le tirage au sort a été reconnu comme LE SEUL moyen démocratique de désigner les représentants de la Cité. Il n'y a que 200 ans (c'est peu à l'échelle de l'histoire) que ce savoir essentiel a été enfoui dans l'oubli.--------------------------------------------------------------------------------L’élection est aujourd’hui communément présentée, aux enfants comme aux adultes, comme le seul moyen "démocratique" de désigner nos représentants : les parlementaires, les ministres et les juges sont les trois pouvoirs classiques. (Aujourd’hui, il faudrait sans doute ajouter les médias d'information à la liste des pouvoirs à contrôler, comme les autres, dans l'intérêt général). En prenant le temps de lire sur ce sujet, on découvre le grossier mensonge que constitue cette association ‘démocratie=élections’ : d’innombrables penseurs (Platon, Aristote, Montesquieu, Rousseau, Tocqueville, Kant, Marx, Castoriadis, Rancière, etc.) démontrent et reconnaissent que l’élection est fondamentalement aristocratique et que seul le tirage au sort est démocratique.


Mais depuis 200 ans, les politiciens professionnels (et leurs complices, souvent involontaires sans doute : professeurs, journalistes, notables…) ont fait disparaître cette réalité (gênante pour eux) pourtant reconnue et longuement décrite depuis 2 500 ans : l’élection est dangereuse pour les citoyens car elle permet à une caste politicienne de prendre le pouvoir, de le garder et d’en abuser au profit du groupe dominant.


Depuis mon enfance, je croyais ce qu’on m’avait tant rabâché, sans y réfléchir, comme on croit en une religion, je croyais que le suffrage universel était consubstantiel de la démocratie. Le débat sur le TCE m’a fort opportunément enfin conduit à LIRE, lire beaucoup, et je découvre à cinquante ans une imposture politique généralisée, de la même ampleur, peut-être, que l’imposture spirituelle des religions.Donc, quant à Baygirouette et ses comparses, complices  et consorts... Démocratie qu'ils disent...Disons donc , "de la démocratie" :
– Le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes se joue aux moments où l'on écrit ou modifie la Constitution et non lors d'une élection, leurs courses au pompon!
Nous sommes, depuis longtemps, trop nombreux pour gérer directement les affaires de la Cité : nous avons donc besoin d'être représentés et de mettre en place des pouvoirs, soit.Mais ces pouvoirs sont, par essence, très dangereux pour nous tous.QUI donc écrit le texte supérieur qui définit les pouvoirs et leurs limites ? QUI met en place les rouages des indispensables contre-pouvoirs ?


Depuis la nuit des temps, ce sont les hommes au pouvoir, ou les hommes candidats au pouvoir, qui se chargent d'écrire eux-mêmes les règles du pouvoir.


Ceci est un vice majeur qui rend impossible l'honnêteté dans ce texte fondateur de la Cité.  En effet, les hommes politiques professionnels, qu'ils soient actuellement au pouvoir ou même seulement candidats au pouvoir, sont juges et parties dans le processus constituant, ce qui les conduit naturellement à tricher et à mettre en place des contrôles factices ou à refuser aux citoyens les moyens de résister les plus importants, notamment entre deux élections. Par exemple, ils vont trouver tous les défauts au référendum d’initiative populaire pour mettre leur propre pouvoir à l'abri du contrôle direct des citoyens, au lieu de défendre l’intérêt général.Autres exemples importants : ils vont s’arranger pour ne prévoir ni le décompte ni les effets des votes blancs qui permettraient aux électeurs de refuser simplement tous les candidats en présence, et encore moins le mandat impératif qui permettrait de contrôler que les élus ont bien respecté leurs promesses électorales. Ils vont autoriser le cumul des mandats et leur renouvellement indéfini, alors qu'on sait que le pouvoir corrompt et qu'il faut donc le faire tourner souvent, comme une indispensable hygiène démocratique. Etc.Jamais les hommes au pouvoir n'écriront eux-mêmes les règles dont nous avons besoin, c'est facile à comprendre et à prévoir. Non : c'est à nous, simplement, de les tenir à l'écart de cette phase dangereuse avant de remettre notre sort entre leurs mains.


On peut considérer ce "vice de construction" (laisser les hommes au pouvoir écrire eux-mêmes les limites de leur propre pouvoir) comme un défaut de jeunesse de la démocratie, mais suffisamment grave pour bloquer toute évolution significative.  Les citoyens peuvent être négligents sur tout, mais ils ne devraient pas l'être sur ce point décisif :L'assemblée Constituante ne devrait donc comporter aucun parlementaire, ministre ou juge, actuel ou prochain, parmi ses membres ayant droit de vote. Par ailleurs, ceux qui ont écrit et voté la Constitution doivent absolument être inéligibles pour longtemps.L'idée d'un "Parlement Constituant" est donc un suicide démocratique (pour les citoyens).


Cette réflexion est essentielle — absolument stratégique  à tout point de vue : stratégique pour les citoyens d'un côté, et stratégique pour les partis, de l'autre — et elle vaut, à mon avis, pour tous les peuples du monde.Et elle domine largement les clivages gauche droite : tous les citoyens ont un intérêt majeur à se protéger contre les abus de pouvoir.


Et de ce point de vue, nos divisions gauche droite (légitimes dans d'autres contextes) nous affaiblissent alors que, sur ce point cardinal, nous devrions nous réunir temporairement pour être forts et imposer à nos représentants, de quelque bord qu'ils soient, le droit essentiel de définir nous-mêmes, sans eux, les pouvoirs que nous leur déléguons.


Par ailleurs, puisque c'est la Constitution qui établit les pouvoirs des représentants d

fleche 16/04/2009 18:32

Du vent, toujours du vent qui emporte toujours les mêmes paroles.

Nath 16/04/2009 15:33

Quel homme politique français à l'heure actuelle croit ce qu'il écrit ou dit et ses intérêts professionnels passent avant les intérêts généraux d'un pays ?