Mais qu'a dit vraiment le Pape ? Posez-vous la question !

Publié le par plumedecib

 

Il faut déjà savoir que les médias ne sont pas là pour vous informer mais pour vous vendre de la marchandise ! Il faut qu'elle soit belle et alléchante, piquante, voire carrément épicée et qu'elle fasse bondir l'opinion publique. C'est le marché des médias, le chalant qui gueule le plus fort ! Les médias donnent le tempo, l'opinion publique entonnent le refrain et le répètent en écho comme des moutons.

 

Le sujet de la religion est évidemment devenu profondément tabou et fait même figure de ringardise. Tout est fait pour décrocher l'homme de son âme afin qu'il n'est plus qu'un seul dieu, l'argent.

 

Alors qu'a dit réellement le Pape ? Certains médias ont interrogé des prêtres, non pas pour savoir ce qu'avait réellement dit le Pape, mais pour leur faire dire qu'ils n'étaient pas d'accord avec lui ! C'est une forme d'inquisition à l'envers, gentillette mais bien présente. Le lynchage médiatique du Pape n'était pas suffisant, il fallait armer le bras de ses disciples.

 

Voici donc la phrase qui a fait rugir l'opinion publique :

"(...) on ne peut résoudre ce fléau en distribuant des préservatifs : au contraire, cela risque d'augmenter le problème ."

 

Et voici le texte d'où a été tirée cette phrase :

 

Je pense que l'entité la plus efficace, la plus présente sur le front de la lutte contre le sida est justement l'Eglise Catholique, avec ses mouvements, avec ses réalités diverses. Je pense à la communauté de Sant'Egidio qui fait tellement, de manière visible et aussi invisible, pour la lutte contre le sida, je pense aux Camilliens, à toutes les soeurs qui sont au service des malades... Je dirais que l'on ne peut vaincre ce problème du sida uniquement avec des slogans publicitaires. S'il n'y a pas l'âme, si les Africains ne s'aident pas, on ne peut résoudre ce fléau en distribuant des préservatifs. Au contraire, cela risque d'augmenter le problème. On ne peut trouver la solution que dans un double engagement : le premier, une humanisation de la sexualité, c'est-à-dire un renouveau spirituel et humain qui implique une nouvelle façon de se comporter l'un envers l'autre, et le second, une amitié vraie, surtout envers ceux qui souffrent, la disponibilité à être avec les malades, au prix aussi de sacrifices et de renoncements personnels. Ce sont ces facteurs qui aident et qui portent des progrès visibles. Autrement dit, notre double effort pour renouveler l'homme intérieurement, donner une force spirituelle et humaine pour un comportement juste à l'égard de son propre corps et de celui de l'autre, et notre capacité à souffrir, à rester présent dans les situations d'épreuve avec les malades. Il me semble que c'est la réponse juste, l'Eglise agit ainsi et offre par là même une contribution très grande et très importante. Remerciions tous ceux qui le font. (source salle de presse du saint siège. traduction La Croix.)

 

 

L'Eglise connaît parfaitement la réalité du Sida sur le terrain. 25 % des structures s'occupant des sidéens sont catholiques. Elle sait aussi qu'une grande partie des africains croit que le préservatif est un objet qui "guérit" du sida et non qui les protège. Elle sait aussi que des organismes humanitaires vaccinent les enfants à la queue-leu-leu, qu'ils n'ont pas le temps de stériliser les seringues et qu'ils en changent tous les 15 enfants ! Donc avant de s'offusquer inutilement sur des propos savamment tirés d'un contexte, avant de jouer le jeu du gouvernement qui a ainsi fait avaler la pilule de l'entrée de la France dans l'Otan, des vacances de Sarkozy au Mexique, de la descente de trois millions de personnes dans la rue, je vous en prie, informez-vous. Essayez de remonter à la source de l'information. Les discours du Pape sont libres d'accès sur le Net. Vous avez autour de vous ou sur le Net des témoignages d'infirmiers et infirmières volontaires qui sont souvent partis d'AFRIQUE écoeurés par tout ce qu'ils ont pu voir là-bas. L'Occident a voulu tout simplement créer un brouhaha médiatique pour masquer le discours du Pape mais aussi pour qu'on n'aille pas trop fouiner du côté de l'Afrique. Le sida n'est pas arrivé par hasard là-bas. Et il ne se propage pas à une telle vitesse par hasard, ni uniquement parce que les africains passeraient leur temps à forniquer. Le capitalisme est en train d'éradiquer un continent. Voilà. Et j'ajouterai, somme toute avec notre bénédiction. Ce ruban rouge accroché aux vestons de ceux qui veulent se faire cataloguer bien pensant n'est effectivement qu'un slogan publicitaire. Comme cette journée du Sida qui est là pour donner bonne conscience.

 

Mais ce n'est que mon avis, bien entendu. Le plus dur reste à faire. Apprendre à s'informer, à réfléchir, à faire ses analyses en son âme et conscience et non pas pour se donner bonne conscience ou pour bêler avec le troupeau.

 

 

Publié dans Faits délicats

Commenter cet article

sixtine 25/03/2009 18:01

Une fois de plus, une phrase sortie de son contexte peut perdre la majeure partie de sa signification...Le langage est bel et bien une arme redoutable ! Et certains entretiennent la confusion à loisir !

plumedecib 25/03/2009 18:13


C'est même devenue l'arme absolue et cela risque de soulever des foules qui ne pensent plus mais ne font que réagir à des stimulis sonores !
La polémique n'est pas de savoir si on est pour ou contre la religion catholique, mais bien dans l'interprétation des mots. On leur fait dire ce qu'on veut ! Ces insultes si faciles envers le pape
touchent également tous les religieux qui se consacrent aux malades d'Afrique. Ce ne sont pas des crétins ! Ils connaissent l'Afrique par coeur et savent très bien de quoi il retourne, ce qu'il
faut faire ou ne pas faire. Le pape les écoute. Il n'est pas con lui non plus...
Mais tous ceux qui s'offusquent si facilement n'ont certainement bougé le cul de leur chaise pour aller où on aurait besoin de leur énergie, plutôt que la gaspiller en alimentant les cancans ! Bise
ma sixtine. J'suis remontée, tu sais. 


mycr 25/03/2009 12:56

Tu as raison de rappeler le travail d'innombrables religieux, infirmiers et volontaires au dévouement incroyable.  On ne parle jamais d'eux en effet.Il ne faut cependant pas oublier que le pape condamne la contraception et l'usage du préservatif et que le sida entre incidemment si l'on peut dire dans cette interdiction. 

plumedecib 25/03/2009 14:17



On ne parle jamais d'eux en effet... Et ils savent de quoi ils parlent eux...


 


Mais le Pape ne fait que représenter une religion, il est donc normal qu'il defende ses principes. Chacun est libre d'y adhérer ou non. C'est quand même assez simple à comprendre.



Flèche 25/03/2009 11:42

Entre les républiques bananières et les personnes qu'on maintient plus ou moins volontairement dans l'ignorance, les épidémies ont de beaux jours devant elles.Quant au pape, que ce soit Benoît XVI ou Jean-Paul II, pour ce qui me concerne ça fait un moment que je ne suis pas d'accord avec leur conception de l'église catholique.On ne peut pas prêcher la charité, la compassion d'un côté et se comporter en capitaliste averti en engrangeant des mannes financières de l'autre. Sur un tout autre sujet, Cib, je t'ai tagguée

plumedecib 25/03/2009 12:37



Ne pas se laisser emporter par l'opinion publique et la propagande médiatique à fin mercantile, cet article est un mince fil d'amarrage...


 


Merci FLECHE !