La loi création et Internet, une loi contre la création

Publié le par plumedecib


Il faut faire attention, le discours est démago. Ce n'est pas le piratage qui tue la création, bien au contraire. J'ai déjà fait des billets à ce sujet et je continuerai sans relâche. Car sur ce point, bon nombre d'esprits restent endormis.

Ce n'est pas de la "Création" dont il faut parler, mais des maisons de disques, ce sont elles qui tirent la manche du Monarque. Elles veulent aussi une part du gâteau. Cela fait un moment que ça dure. Ces putains de français qui accèdent à la culture sans qu'on les taxe, sans que les majors en tirent un bénéfice. C'EST INSOUTENABLE ! Ces bonnes vieilles maisons de disques qui naquirent un jour sur le chemin du créateur dans le but de devenir son bon samaritain ! Profitant de différentes périodes un peu folles, elles amassèrent un max. Elles s'organisèrent et fortes de leur influence, elles se mirent à dicter leurs lois. Elles inventèrent LA CREATION version POGNON ! Du coup, elles coupèrent toutes les routes aux artistes, créateurs, qui n'eurent plus aucun choix pour se faire connaître que celui de passer par leurs commissions. Des agents artistiques furent ainsi mis en place, chargés d'écouter des cassettes et de juger si oui ou non tel ou tel artiste pouvait leur rapporter du blé. Et puis, comme les agents n'eurent pas toujours le nez creux, elles inventèrent des artistes pile poil bâtis pour faire de l'argent. Restaient toujours dans les catalogues les vieux de la vieille, les artistes pour de vrai. Mais si ceux-ci devenaient trop grincheux, on les lourdait !

Et voilà que l'Internet apparaît ! Un moyen efficace de propager sa création sans passer par le laminoir des maisons de disques. Un formidable moyen de communication très difficile à contrôler, très dur  à manoeuvrer. Mais ils s'y emploient, ils s'y emploient. Pour cela, légiférer à donf ! Fermer une à une les portes de l'Internet, domestiquer la bête.

Comme je l'ai écrit dans un précédent article, nous créons une nouvelle forme de société sur Internet. Nous créons l'échange, le partage. Nous nous préparons à ce qu'un jour le vieux système disparaisse. Mais ce n'est pas Internet qui doit être avalé par le système.

Après cette loi, il y en aura d'autres, jusqu'à ce qu'Internet soit totalement verrouillé, uniquement rendu au service du système et de la vieille mais coriace économie de marché.

Nous allons nous faire prendre cet outil de communication extraordinaire. Nous serons remis devant la télé et nous devrons nous farcir des programmes imposés.

Que les artistes, les créateurs ne soient pas dupes. Ce n'est pas leurs intérêts qu'il défend, c'est celui des Majors ! Majors musique et majors cinéma. Elles vont nous faire chier pendant des lustres au lieu de mourir tranquillement ! Ce sont des structures obsolètes, en aucun cas adaptées aux nouveaux marchés. Il n'y a plus deux ou trois artistes qu'on nous imposent mais des millions qui veulent s'exprimer. Et c'est à nous de choisir qui on aime voir, écouter, lire. Nous n'avons pas à avoir une culture formatée. Et nous sommes assez grands pour "acheter" au créateur qui le mérite ses oeuvres. Le payer lui et non les bling bling et leur poules de luxe.

Le Monde est en train de changer. Des millions d'artistes peuvent enfin s'exprimer sur un support public. Des millions d'artistes ont enfin un public. C'est une grande révolution. A nous de gérer, d'inventer les méthodes pour permettre aux artistes de vivre de leur création.  A nous aussi de rappeler qu'être artiste n'est pas un moyen de gagner beaucoup de pognon. Un artiste, un vrai, n'a pas le souci du matériel. Comme le disait Balasko, l'artiste, de part le blé qu'il gagne est devenu une sorte d'aristocrate invité sur les plateaux. On lui demande son avis sur tout etc... La notion artistique a complètement disparu, le profit est venu tout casser.

Nous ne devons pas accepter que  la culture soit un "produit" et en plus réservé à une élite de gens qui ont les moyens. Grâce à Internet, des millions de gens ont découvert le plaisir de lire, d'écouter de la musique, le plaisir de visiter, d'admirer, de vibrer pour le beau. Tous ces plaisirs avaient disparu quasiment de notre quotidien car devenus inaccessibles, formatés, lessivés, unifiés. Nous ne sentions plus rien. Notre curiosité s'est vite révélée insatiable. Nous sommes des millions à écouter des petites perles d'artistes inconnus, à les apprécier.
Pour cette fameuse réforme de la culture, je verrais bien la réouverture de tous ces lieux disparus où on allait découvrir un artiste, se découvrir nous-mêmes, où on allait passer un bon moment or des phalanges aux extrémités griffues des programmes de télé. Car ce qu'il manque à l'artiste, c'est le lieu où il peut rencontrer son public. Internet a en partie palier au manque. Mais rien ne peut remplacer le contact humain. La véritable révolution est là.

Vous allez laisser passer cette loi, comme tous les autres qui sont déjà passées, des insultes à notre intelligence, des insultes à notre dignité...

Dépitée, oui dépitée.... 
 

Publié dans Arts et Harmonies

Commenter cet article

mercurelibre 07/02/2009 09:53

Il faut bien remplir l'assiette(taxes) pour avoir de l'énergie pour crée mais à quel prix?L'état est là pour prélever tout le bon en nous le partager et suprimer le reste!!!MercureLibre

Spaulding 03/02/2009 18:34

Hello cib,je t'ai tagué sur un sujet où j'aimerais bien connaitre ton avis: le libéralisme...

plumedecib 03/02/2009 18:55


Vache ! Tu me mets le mors au dent ! J'arrive ! kékidi ?


Yake 03/02/2009 16:16

Bonjour,Je voudrais votre avis sur les idées de mon blog et votre contribution pour penser un autre système politique en France et dans le Monde. Merci et à bientôt.http://espritlibre.over-blog.fr/

plumedecib 03/02/2009 17:02


bonne idée Yake j'arrive


eric84 03/02/2009 09:56

Bien sur que cette loi va passer, ne sommes nous pas habitués à manger ce qui nous est proposé. C'est un peu le même schéma que nous avons connu avec les radios libres dans les années 80, celles qui ont voulu rester libre ont disparu et les autres sont devenues des machines à bourrer les crânes, personnes ne s'en est préoccupé. Tout est une histoire de profit, c'est vrai, tant qu'il y aura le moindre petit profit à faire quelque part les capitaux se mettront en mouvement et le net est encore une source qui reste exploitable, donc il va falloir se débarrasser de cette bande de merdeux qui gène à sa bonne exploitation, on est plus dans la créativité, j'impose mes règles, je prends l'espace et je vends ma merde, avec un président aussi en phase avec l'épicerie et les petits épiciers on est pas au bout du chemin, la France est non seulement en récession mais aussi en régression, quelle perte de temps !

plumedecib 03/02/2009 10:00


C'est exactement ça eric, même topo qu'avec les radios libres ! J'ai le couteau entre les dents, là. On va se faire baiser, tu vas voir. Et on continuera à fabriquer de la culture bling bling pour
engraisser les nantis et endormir les blaireaux.


naradamuni 02/02/2009 23:28

sur http://www.rue89.comVous dites culturel ou cultuel ? "A ce jour, les hautes instances du CSA envisage de faire entrer en son sein l'icone favorite du $t nervis des latrines, ah que voilà la boîte à coucou, vous l'avez deviné, le jauni suisse national et quelques autres  compères ..."

plumedecib 02/02/2009 23:40