Réforme logement, tiens, voilà du bidon !

Publié le par plumedecib

En faire accroire, 

Au point de se convaincre. C'est leur style, c'est leur talent, que voulez-vous. Nez pincé, au bord de l'apoplexie, livides, en permanence aiguillonnés, mis sur la sellette,  députés et ministres sourient à leur roi, forcés de se plier à ses exigences, sous peine de perdre tous leurs droits. Ils n'ont pas fait construire la maison à 15 euros, eux. Oh que non ! Beaucoup ont contracté ces crédits préférentiels pour s'acheter ou faire construire des baraques démesurées. Que voulez-vous, il faut bien loger la tête devenue grosse et les ambitions qui ne cessent de croître. Et quand arrive la fin du mandant, ben ils s'accrochent  pour rempiler sinon c'est la fessée. Madame ne songe pas à quitter de si tôt le confort âprement gagné par l'époux soigneusement lessivé de toute espèce de conviction humaniste.

La réforme du logement ! Celle-là, elle mériterait qu'on s'y arrête et pas qu'un peu. Le logement est indispensable à la vie de chacun. Il n'avait de valeur que de coeur, il abritait la famille, valeur morale, abri, foyer, refuge. Il est devenu valeur spéculative. L'Etat s'est désengagé au profit du privé. Oui, au profit. Il y a déjà un sacré bout de temps que l'Etat a créé un système de défiscalisation pour inciter le citoyen à investir dans le logement locatif et à libéraliser le secteur immobilier. Nous sommes dans le grandiose. Chacun peut donc devenir propriétaire et faire de l'argent en louant cher un bien à quelqu'un qui ne peut pas acheter. Dans le même temps, l'Etat a bien sûr cessé de construire du logement dit "social" alors que le livret A est lui toujours d'actualité et censé servir à l'investissement dans le logement social. Et puis, n'oublions pas les banques qui ont flairé la bonne affaire ! En investissant massivement dans l'immobilier privé ou de bureaux, et en gelant ensuite des immeubles entiers pour faire monter le prix du mètre carré ! 

A ceux-là, il faut ajouter bien sûr, le PROMOTEUR ! Alors le promoteur ne sert strictement à rien si ce n'est à récupérer de l'argent sur les entreprises de construction et sur les clients ! Son but est de ramasser un maximum d'argent ! Et dans l'investissement locatif, on peut dire que la mesure fut pour lui un pont d'OR MASSIF ! 
Son projet immobilier est en principe situé dans une ville ou personne ne va jamais, à 1000 bornes de chez le futur investisseur. Le promoteur lui raconte que c'est un quartier en devenir et lui montre des maquettes de rêve et des statistiques mirobolantes. Les gens de la moitié Nord de la France sont invités à investir dans le Sud de la France, c'est plus joli sur la carte postale. Donc, les immeubles sont montés à l'arrache par des entreprises obligées de rogner sur tout, y compris le ciment des fondations. Un certain nombre n'a pas les reins assez solides pour faire face à des délais de paiement très longs et se cassent la gueule en route. C'est toujours ça de gagner pour le Promoteur. Il va demander à une entreprise fantôme de kurdes de finir le boulot. Et si vous visitez le chantier, vous êtes en droit de vous faire du mouron ! Bon, au final les logements ne trouvent pas ou peu locataires et de plus sont invendables parce que dans un état lamentable. Mais l'immeuble occupe un terrain et donc, de plus en plus, nous avons une pénurie de terrains.

Donc voilà où nous en sommes : L'Etat complètement désengagé, un parc privé qui ne répond aucunement aux besoins, des investisseurs locatifs souvent dans le caca. Mais qu'à cela ne tienne, Etienne ! Car voilà que d'année en année, on reconduit ce qui fut la loi Méhaignerie ! Elle change de nom mais elle est toujours là et je me demande comment il peut y avoir encore au bout de tout ce temps des pigeons pour se faire avoir. Des promoteurs, ce n'est pas compliqué, ce ne sont pas les escrocs qui manquent dans l'Immobilier. Certains sont même devenus célèbres et côtés en Bourse !!! 

Ensuite, nous avons la fameuse maison à 15 euros par jour, slogan pondu certainement par un génial publicitaire, celui-là même qui vous dit qu'il vaut mieux afficher 4,99 euros plutôt que 5 euros sur les étiquettes ! Après le permis à 1 euros par jour, nous avons la maison à 15 euros par jour, l'appartement à 20 euros par jour. Doivent croire qu'on ne sait pas compter. Mais Madame Boutin omet de porter à la connaissance des naïfs qu'il faudra bien sûr ajouter le terrain, mais aussi les travaux d'entretien et sans oublier la Taxe foncière ! Dans mon lotissement pourri à côté de l'autoroute, c'est minimum 3300 euros par an ! 
En fait, se construire une baraque n'est pas très compliqué et si on se débrouille bien, elle peut coûter moins cher que 15 euros par jour. Le problème, c'est le terrain qui lui avoisine les 150 000 euros dans le meilleur des cas autour des villes. Petit terrain à ce prix-là. Donc, il y a un hic.

En définitif, Madame Boutin nous sert une réforme histoire de justifier l'intérêt de son poste mais n'a aucune marge de manoeuvre. Car il ne faut pas toucher à la bulle immobilière sous peine de faire faillir les banques ! Toujours elles ! Ainsi donc, malgré ses supplications pour que soit utilisée l'enveloppe destinée au rachat de 30 000 malheureux logements du privé en plan, rien ne va bouger. Les sociétés qui gèrent le parc HLM continueront à demander aux futurs locataires des garanties du même acabit que dans le privé. On continuera à demander des listes de garanties aux futurs locataires. Les prix ne baisseront pas parce qu'on continuera de maintenir le marché en flux tendu.

 Mais tout va se casser la gueule. Alors continuez Madame Boutin et Cie à nous tartiner des mesures en sucre liquide.

Tout le système locatif en France est à mettre à plat. Plutôt que continuer à favoriser les promoteurs à engranger du pognon sur le dos des pigeons, il faut au contraire favoriser l'investissement en coopératives et  SCI d'attribution. Que cesse la spéculation sur la pierre ! Que soit réquisitionnés sur le territoire français les logements vides !  Que la propriété ne soit plus un droit qui serve à nuire à une partie de la population. Que cesse le marchandage des communes qui spéculent elle aussi sur leurs terrains, ignorant l'obligation de construire du logement social dans le but de repousser la paupérisation. Nous sommes un peuple mixte et non pas un territoire de nantis !  Le logement est une obligation, je le répète ! Il ne doit donc pas être question que certains amassent de la pierre et l'immobilisent à seule fin de faire grimper les prix. Le territoire n'est pas extensible, les terrains non plus. Pourtant, nous avons en France de quoi loger tout le monde décemment. Donc il ne doit pas y avoir de gens qui dorment dans les voitures, des caravanes, des garages, des caves qu'ils sont obligés d'ailleurs de louer à prix d'or.
Qu'une assurance perte de loyer soit prise mais ne soit pas cumulée avec des cautions ou garanties personnelles. C'est le cas en ce moment. Les assurances se sont engouffrées dans ce nouveau marché et aujourd'hui font la loi.

Il y a vraiment beaucoup à faire mais rien d'impossible à faire. Non, les français ne sont certainement pas contre les Réformes. Notre Pays en a grand besoin. Mais ce sont des Réformes qui doivent engager tout le monde, des réformes faites dans l'intérêt général et non pas dans l'intérêt des banques et des spéculateurs. Mais ça, Madame Boutin, vous le pensez certainement, mais vous n'avez pas le droit de le dire. C'est pourquoi ce peuple manipulé, expulsé de sa propre terre est aujourd'hui sur le pied de guerre  et va vous péter à la gueule !

 

Publié dans LOGEMENT

Commenter cet article

fleche 28/01/2009 07:35

Oui Cib, le 15 mars, échéance pour expulser les gens risque d'être noir en 2009.De plus en plus de personnes ne peuvent plus payer leur loyer.

dominique 27/01/2009 20:34

et on sort bientôt de l'hiver et on aura encore pas reglé les choses ...et on oubliera les sdf jusqu'à l'année prochaine!!

plumedecib 28/01/2009 00:20


Sauf que cette année, il risque d'y avoir de sacrés contingents qui vont rejoindre la rue, une fois que la milice aura à nouveau le droit de virer les gens de leur domicile !


romain blachier 27/01/2009 17:06

incroyable spéculation financiére sur un besoin vital

plumedecib 27/01/2009 17:12


OUi, et tant qu'on continuera à l'alimenter, le Pays fonctionnera de travers et finira par tomber. Que le logement ne soit plus une valeur spéculative, c'est certes  une mesure de grande
envergure qui pourrait faire très mal, mais un mal pour un bien... Et c'est aujourd'hui incontournable et vital.