Désobéir, un acte juste d'intérêt général

Publié le par plumedecib



Depuis Bastien Cazals, d'autres professeurs ont envoyé leur lettre de désobéissance. On en parle certainement pas assez dans les journaux, pour ne pas dire pas du tout. Ils ont besoin pourtant d'une large fenêtre médiatique. Nous pouvons peut être la leur offrir au travers de nos nombreux blogs.


LOIRE : Jean-Marc HOSTACHY DESOBEIT

Sur les 3643 professeurs des écoles que compte le département, 31 ont fait savoir, hier, à l’Inspection d’académie de la Loire qu’ils refuseraient d’appliquer les programmes.


Rassemblement de soutien à Jean-Marc Hostachy Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Jean-Marc Hostachy, Maître formateur et Professeur des écoles à Saint-Étienne, est menacé de sanctions pour avoir écrit une lettre de désobéissance à son inspecteur académique. Suite à cette lettre (à lire ici en format pdf), le professeur est menacé de sanctions. 

A l'appel du Snuipp 42  et de Sud éducation Loire, un rassemblement aura lieu mercredi 7 janvier, à 14h, devant l'Inspection Académique de la Loire. Une pétition de soutien et une quarantaine de lettres de désobéissance analogues à celle de leur collègue seront remises collectivement.  

Les syndicats appellent tous ceux et toutes celles qui sont attaché-e-s au service public d'éducation et à la défense des personnels en lutte à les rejoindre le 7 janvier à 14h.
 


Sanction pour une refuseuse dans les Bouches du Rhône

COMMUNIQUE DU RESEAU DES ENSEIGNANTS EN RESISTANCE

COMMUNIQUE DU RESEAU DES ENSEIGNANTS EN RESISTANCE

Marseille le 7 janvier 2009,

Madame Monique COLLETI professeur des écoles à l’école maternelle de BIVER , auteur d’une lettre de désobéissance pédagogique adressée à l’Inspecteur d’Académie des Bouches du Rhône, a été informée qu’elle était, sanctionnée du retrait d’un trentième du salaire pour chacun des jours où le soutien aux élèves en difficulté ne sera pas fait selon les termes exacts du décret d’application , (soit 8 jours de salaire pour le mois de décembre) et menacée de sanctions disciplinaires.

Le réseau des enseignants en résistance dénonce cette sanction disproportionnée alors que les enseignants concernés assurent l’intégralité de leur temps de service auprès des élèves. Au lieu d’ouvrir le dialogue, le choix de ces sanctions ne vise qu’à faire plier les enseignants qui refusent de mettre en application les réformes destructrices de Monsieur Darcos. Le réseau appelle les citoyens à se mobiliser pour exiger de l’Inspection Académique le retrait de cette sanction.

Le meilleur soutien que nous pouvons apporter aujourd’hui à Monique COLLET est d’amplifier le mouvement de désobéissance pédagogique dans les écoles afin de dénoncer les lois et les réformes qui déconstruisent l’Education Nationale. Le réseau des enseignants en résistance appelle les enseignants à ne plus mettre en oeuvre le dispositif de l’aide personnalisée et à le faire savoir à leur hiérarchie.

Les enseignants en résistance fédérés en réseau par le blog Résistance pédagogique pour l’avenir de l’école




« Saint-Affrique, une ville en résistance »

Débat. Avec le 12e comité et en présence de plus de 150 personnes.

Henri Moizet a évoqué l'histoire de la Résistance, José Bové insistant sur la notion de désobéissance civile. Photo DDM.
Henri Moizet a évoqué l'histoire de la Résistance, José Bové insistant sur la notion de désobéissance civile. Photo DDM.

Le 12e comité a organisé, samedi, une journée intitulée « Résistance et fraternité ». 150 personnes ont participé aux échanges sur le thème « Saint-Affrique, une ville en résistance ». évoquant les combats pour la défense du Larzac ou contre les OGM, ceux des Tahitiens contre les essais nucléaires, des Canaques ou du peuple palestinien, José Bové a noté qu'il appartient aux gens de construire leur résistance contre un processus qui prive la démocratie de sa substance. « Résister c'est créer et créer c'est résister. Quand les luttes s'inscrivent dans la durée, elles génèrent de nouvelles façons de vivre et d'organiser la résistance. Et si, en ce moment, les canaux de la démocratie semblent un peu bouchés, il faut parfois frapper un peu fort pour les déboucher ».

Inscrivant son intervention autour du combat pour la sauvegarde de l'hôpital émile-Borel (lequel a débouché sur la création de la Coordination nationale des hôpitaux de proximité) et sur la politique de santé publique, François Habuda, infirmier à l'hôpital, a donné sa définition de la résistance : « Elle permet aux gens et aux peuples de ne pas subir les choses qui vont à l'encontre de leur intérêt ». Le maire Alain Fauconnier rappelant « la vieille tradition de lutte et de résistance de la ville ».

S'opposer aux fichages de toutes sortes, laisser une place aux associations, à l'art et à la culture, lutter contre l'intoxication des médias de masse, les divertissements lénifiants, tout cela représente également une forme de résistance, a-t-on également entendu.  (SUITE

 

Publié dans RESISTANCE

Commenter cet article

Charlotte 09/01/2009 12:03

Charlotte 09/01/2009 11:02

Désobe¨ssance civile, résistance, mais le dernier mot est toujours du côté du pouvoir puisque les rebelles ne sont qu'une poignée, le jour ou tous les citoyens suivront, là oui, nous pourrons changer le cours des choses.Pour ce qui est du Costa Rica, dernier bilan 4 morts et + de 200 blessés et dégats considérables. Gros bisous ma Cibichette

plumedecib 09/01/2009 11:14


bon, on va se trouver une île alors... D'ailleurs, pour le Costa Rica, cela commence à être un peu tard. Les prix se sont déjà mis au pli de l'Euro.... Bisous bichette....


Charlotte 08/01/2009 16:37


On y va toujours ?Un séisme d'une magnitude de 4 degrés sur l'échelle de Richter a été ressenti dans le centre de San José, la capitale du Costa Rica, sans causer de victimes ni de dommages, selon l'Observatoire vulcanologique et sismologique national. La secousse a été ressentie à 10h00 locales (16h00 GMT). Son épicentre a été détecté à une profondeur de 6 km, à 4 km à l'est du volcan Poas, à 35 km au nord-est de San José.Plus de 4.700 séismes ont été enregistrés au Costa Rica en 2008, mais une soixantaine seulement ont été ressentis par la population, selon l'Observatoire.

plumedecib 08/01/2009 16:51


Oh il n'y en a pas mal en France aussi. Le week end dernier à Aramon par exemple. Ca a fait un gros bruit comme une déflagration. Les habitants ont flippé... il y a une faille sous Aramon, comme
sou le Vaucluse....