Derrière le grand cirque médiatique autour de la femme du président

Publié le par plumedecib

Bon, l'histoire n'aura échappé à personne ! Humblement, la femme du Président vient de s'engager dans une cause, devant un parterre bondé de journalistes qu'elle a chaleureusement remerciés.

Elle devient ambassadrice mondiale pour la protection des mères et des enfants contre le sida. V'là une phrase qui ronfle bien mais qui ne veut rien dire. Si en fait. Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais "on" lui a choisi les femmes et les enfants, les faibles quoi, ceux qu'on peut facilement transformer en victimes, ceux dont on peut se servir pour asseoir sa compassion et surtout sa célébrité. Madame ne va quand même pas mettre sa voix de gamine de 10 ans au service des vilains PD !

Derrière cet écran de représentation, il y a une vérité qui, je vous l'accorde, n'est pas si jolie que le mannequin retapé. Et il est d'autant plus honteux pour elle d'accepter ce rôle que son frère Viriginio est décédé des conséquences du VIH.


Crise financière

Kouchner laisse l’Etat couper les traitements sida promis à l’Afrique

  Act Up-Paris et PLUS, Coalition Internationale Sida

publié en ligne : 12 novembre 2008

 

Samedi 8 novembre 2008, durant le Conseil d’Administration du Fonds mondial contre le sida, la tuberculose et le paludisme, la France et les autres pays riches ont imposé diverses coupes sombres et plafonds [] dans les budgets alloués aux pays pauvres pour lutter contre ces pandémies meurtrières.

C’est la première fois dans l’histoire du Fonds mondial que les donateurs imposent ainsi des coupes et des plafonds aux pays pauvres - concrètement, ce sont des traitements et des vies humaines qui sont coupés. L’argument avancé par les pays riches pour justifier ces coupes est celui la crise financière, et son impact sur les priorités budgétaires des pays riches.

Les pays riches ont imposé ces coupes au Fonds mondial avant même de tenter de trouver des ressources supplémentaires. Pourtant, les 1,400 milliards de dollars mobilisés en quelques jours cet automne pour renflouer les spéculateurs financiers prouvent qu’il est possible de trouver de l’argent, lorsque la volonté politique est là. Par contraste, les coupes visent à économiser entre 1 et 2 milliards de dollars sur le dos des pays pauvres.  (suite)    




Crise financière : Kouchner économise sur les traitements sida pour renflouer les banquiers ?

publié en ligne : 8 novembre 2008

Communiqué de presse Act Up-Paris / Coalition Plus.

Hier jeudi 6 novembre 2008, durant la réunion des donateurs du Fonds mondial avec ses bénéficiaires, le Ministère français des Affaires Etrangères (MAE) a demandé que le Fonds réalise des économies sur les traitements indispensables aux malades africains, en arguant que la crise financière obligerait l’Afrique à faire des économies sur la santé. Six mille personnes meurent chaque jour du sida — plus de 20 millions sont déjà décédées.

La France a annoncé qu’elle souhaitait une réduction du degré auquel le Fonds mondial finance les projets de qualité que les pays pauvres lui soumettent, dans le but de limiter le coût pour les pays donateurs. La France a par exemple suggéré que les 700 millions de dollars demandés au Fonds mondial par 25 pays pauvres dits « 2B » soient refusés. Parmi ces pays figurent le Burkina Faso, le Congo et le Burundi. Pourtant, le Comité Scientifique du Fonds mondial a recommandé les projets de ces pays pour financement ; et le Fonds mondial a confirmé qu’il dispose bien des sommes nécessaires. Le MAE a également précisé que, à défaut de rejeter ces pays, elle était ouverte à d’autres mesures de coupe budgétaire.

Selon le MAE, la crise bancaire requiert que les pays riches réalisent encore plus d’économies budgétaires qu’avant la crise. Ces économies seraient réalisées davantage sur les promesses des pays riches envers les pays pauvres.  (Suite)   



Conférence de Dakar

Act Up-Paris interpelle Bachelot-Narquin

publié en ligne : 6 décembre 2008 — publié la première fois : 6 décembre 2008

 
Ce midi, une militante d’Act Up-Paris a interpellé la ministre de la santé française, Roselyne Bachelot Narquin, lors de sa conférence de presse à la CISMA (Conférence Internationale sur le sida et les MST en Afrique), à Dakar. La ministre n’a pas pu répondre sur la stagnation de la contribution financière française au Fonds mondial de lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose, ni sur les manipulations de la France à l’égard de l’Aide Publique au Développement



Conférence de Dakar

Urgence pour le Fonds mondial

publié en ligne : 6 décembre 2008

 
Ce matin, des activistes de nombreux pays, notamment du continent africain, ont interrompu la réunion plénière de la CISMA (Conférence Internationale sur le sida et les MST en Afrique) à Dakar. Une militante nigériane a lu un discours dans laquelle elle a rappelé aux pays riches la promesse de l’accès universel pour 2010. Elle leur a demander de renflouer les caisses du Fonds mondial au lieu de programmer les coupes dans les programmes de lutte contre le sida dans les pays pauvres.




OUI C'EST SCANDALEUX ! 

Les médias font un battage médiatique autour de la femme du Président. Elle a été envoyée pour redorer l'image de son mari après la traîtrise des coupes budgétaires. Les acteurs de la lutte contre le Sida précisent qu'ils n'ont pas besoin de Carla Bruni, mais de moyens financiers ! 

Publié dans La Rubrique de Cib'

Commenter cet article

Charlotte 08/12/2008 01:05

Je vais voir si Carlita aura un site, si oui, je lui adresserai ces liens,Sida source, sida cible, vaccination L'origine du sida - peut-être une erreur vaccinale !!Quand viendra l’heure de témoigner, je ne louperai et n’oublierai personne. Quand l’oms épouse la cause des firmes pharmaceutiquesl'occident refuse délibérément d'aider les pays d'Afrique pas par manque de fric, mais pour une réduction drastique de ces populations, vu que nous serions trop nombreux sur la planète faut bien que certains disparaissent, de préférence les plus pauvres d'entre les pauvres. De plus ça arrangera le capital  le sous-sols de ces pays regorgeant de richesses ! Allez entre le sida, le choléra, le paludisme et les affrontements entre armées régulières et rebelles, ils arrivent à leurs fins.Au bout d'une pique te dis-je !Bisous et bonne nuit, (si on le peut encore)