Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Plume de cib'

Plume de cib'

libre et donc sceptique.


Prime de Noël, une inégalité majeure qui n'a pas l'air de choquer

Publié par plumedecib sur 25 Novembre 2008, 15:23pm

Catégories : #PARTIS POLITIQUES


CONSTAT

La prime de Noël est versée aux RMISTES. Bien. Mais bon nombre de personnes n'ont pas des revenus supérieurs au RMI et ne perçoivent pas cette prime. Je pense par exemple aux mères vivant seules avec enfants qui touchent une pension alimentaire du même montant que le RMI. Il y a aussi les personnes avec des revenus précaires, CDD, mi-temps etc... Elles sont nombreuses à s'exprimer sur des forums et c'est pourquoi j'ai décidé de consacrer un article  visant à mettre en lumière cette inégalité flagrante, qui semble choquer personne. 

Cela revient donc à dire que les enfants des RMistes pourront passer un relativement bon Noël et que les autres pourront continuer à danser devant le buffet.


De deux choses l'une, soit l'Etat continue de verser une Prime de Noël et celle-ci est versée comme les autres prestations de la CAF, en fonction des revenus, soit il abandonne la Prime de Noël. Car ne peut perdurer une telle injustice. Je me suis d'ailleurs entretenue avec des RMIstes qui sont tout à fait d'accord avec moi. Ils ne vont pas bien sûr manifester pour ne plus percevoir la Prime, c'est un cadeau du ciel dans leur quotidien toujours terne, où s'élever ouvertement contre cette injustice mais cela ne les empêche pas de se sentir gênés, alors qu'ils n'y sont pour rien finalement. Et ceux qui ne sont pas RMIstes se sentent également gênés, ne voulant pas avoir l'air de convoiter une population déjà précaire, mais ils rêvent quand même que ce cadeau du ciel tombe aussi sur leur compte en banque. Et c'est bien normal.


AVIS

Je me doutais bien que cet article allait faire réagir et ce sont ceux qui perçoivent la prime de Noël qui se sont exprimés, pas toujours en termes corrects et la plupart du temps anonymement, ce qui me contraint à fermer les commentaires. La haine de l'autre, l'aveuglement empêche  le discernement et la compréhension. Or, puisqu'il est besoin de le préciser à certains, cet article ne propose pas la suppression de la prime de Noël mais la suppression d'une inégalité. Et pour supprimer une inégalité, la logique veut que soit on supprime la prime de Noël, soit on la donne à tous ceux qui perçoivent le même montant de revenus ou d'aides. Je n'ai pas donné d'avis personnel, je n'ai pas pris position, je ne fais que relater un fait. Il me paraît donc tout à fait incongru de venir m'interpeller ou m'agresser en attaquant ma personne, ce que je ne permets pas. C'est ma liberté.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

BBBOUM 30/11/2008 17:36

j'ai du mal à lire cet article, votre idée paraît une réflexion interressante, ceci votre conclusion me semble curieuse, pourquoi pronez vous l'arrêt de cette prime, l'injustice est bien qu'elle ne soit pas pour tout le monde. Il ne faut pas la supprimer mais bien la revendiquer pour tous ceux qui sont endessous du seuil de pauvreté de 800 et quelques. Et surtout réclamer une hausse du smic pour faire valoir la valeur du travail.
Pour votre information : je suis rmiste depuis des années oui, c'est la première fois que je touche cette prime, oui ça vous étonne peut être pourquoi : parceque contrat vacataire, cdd, et autres contrats précaires, justement pendant les périodes de fêtes de fin d'année,  et je dois bien admettre que j'ai touché un supplément de revenu en travaillant et qui dépassait largement la prime de noël. Concernant ma situation je suis seule avec un enfant et touche une pension alimentaire de 122 euros non révisable sur l'indice de consommation (donc fixe) et 442 euros de rmi. Enfin il est évident que vous n'avez pas pris la mesure de l'ampleur de votre article, il ne s'agit pas d'inagalité entre pauvres, mais d'inagalité de nos politiques face à une population volontairement appauvrie et entenue dans la misère, travail ou pas, de grace pronez une égalité vers le haut. Une prime de noël pour tous ass, temps partiel, ah, api, rmi etc ... et revalorisation des salaires, et Minimum Vital pour tous ceux pris en otage du travail précaire et du chômage. Pour vous rassurez le rmi et api vont disparaître vous le savez surement je n'en doute pas vu votre interressement à ces sujets, donc il est tout à fait probable que la prime de noël disparaisse.  Vous vouliez des réactions dites vous et ce que vous prenez pour un jeu de monter certains pauvres contre d'autres, ne vous rendez vous pas compte que vous venez de décriez une injustice à laquelle vous attachés les rmistes comme responsables, je pense que ce n'était pas votre intention et j'ai cru comprendre entre les lignes. Ceci dit il serait peut être souhaitable de voir que nous sommes tous victimes.

plumedecib 30/11/2008 23:20


Mais je n'ai jamais tranché pour la suppression de la prime Monsieur. Je fais simplement un constat, propose deux solutions pour supprimer une inégalité et je préfère dire entre citoyens plutôt
qu'entre pauvres.


Sophie 30/11/2008 09:34

C'est bizarre : visiblement, plein de gens ont mal lu votre texte... Ou alors est-ce vous qui ne savez pas vous faire comprendre ? Ecrire un bon article, ça ne s'improvise pas, vous savez.
Je ne peux pas être "condescendante" avec les pauvres puisque j'en suis une moi-même : je survis à l'ASS depuis quatre ans et je touche cette fameuse prime de Noël, à vos yeux si inégalitaire. Je n'ai pas voté Sarkozy non plus.
Demander l'égalité entre citoyens, c'est faire en sorte que les très riches soient imposables. Or, chaque année, ils sont de plus en plus nombreux à ne plus payer d'impôts (nouveau barême de l'IR, niches fiscales, bouclier fiscal)... Tout ça, c'est plus de 80 milliards d'euros par an en moins dans les caisses de l'Etat alors que le RMI coûte 6 milliards et la prime de Noël 380 millions.
L'égalité entre citoyens commence par la justice fiscale.
Je vous le redis : proposer d'ôter des miettes aux pauvres au nom de l'égalité entre citoyens sans envisager un seul instant qu'il faudrait peut-être commencer par réduire l'écart vertigineux entre pauvres et super-riches, est une idée aussi vaine que mesquine.

plumedecib 30/11/2008 09:41


je vous publie une dernière fois parce que je suis bonne fille. Mais j'ai dit que j'arrête ce dialogue de sourds. Vous interprétez la lecture de l'article pour venir déverser vos revendications
ici. Et comme vous n'avez pas d'arguments, vous en arrivez à l'insulte alors que vous ne me connaissez pas. Mais je me doutais bien que vous faisiez partie de ceux qui touche la prime de Noël. Ceux
qui ne l'ont pas et qui n'ont pas plus de revenus que vous, n'osent pas venir revendiquer cette prime parce qu'ils craignent justement des réactions de gens qui comme vous, défendent leur petit
bout de gras et sont prêts pour cela à marcher sur la tête des plus faibles. Je vous le dis, de haut en bas, c'est le même concept.


plumedecib 30/11/2008 09:22

j'avais lancé cet article disons pour... prendre la température de l'état d'esprit ambiant. Je ne suis pas vraiment surprise, juste un peu plus déçue. Décidément, le peuple français va bien mal. Chacun s'enferme dans sa petite histoire et défend ses privilèges, du plus petit au plus grand. Personne n'abandonnera son bout de gras pour un élan collectif qui serait seul efficace et porteur d'espoir.
Il faudra effectivement un grand choc, une grande catastrophe pour que les mentalités changent, pour que l'individualisme forcené qui emprisonne l'un dans la haine de l'autre tombe enfin. D'ici là, ils seront nombreux à mourir dans la rue.
Je ne sais pas si l'humain est profondément ce qu'il paraît aujourd'hui, un prédateur. 
On n'est pas sortis de l'auberge.

Henry Kanaan 30/11/2008 01:46

Battons nous pour les miettes et amusons les riches qui eux ne se voient jamais reprocher de s'accaparer tout le gâteau.
Aurons nous une chance que vous évoquiez cette égalité de traitement qui consisterait à dénoncer sans faille que les richesses (le gâteau pas les miettes) sont accaparées par un petit nombre de gens qui ne tiennent pas à les partager ou votre égalité est à minima et ne consiste seulement qu'à jalouser le voisin qui a eu une poignée de miettes un peu plus grosses?

plumedecib 30/11/2008 08:49


de guerre lasse, elle arrêta de répondre pour ne plus continuer à souffler sur le manège pour qu'il tourne. Bon dimanche


Sophie 29/11/2008 20:39

Vous nivelez tout par le bas, c'est lamentable !!!
Parce que les plus pauvres ont une prime, il faut la supprimer pour qu'ils soient à égalité avec d'autres pauvres : votre raisonnement est mesquin, limite répugnant.
Pourquoi sont-ils pauvres ? Parce qu'il n'y a pas de travail pour tout le monde en France ? Parce que les salaires ne permettent même plus de vivre ? Parce que des hommes sont violents ou incompétents et laissent tomber les femmes qu'ils ont engrossées ?
Et pendant ce temps, un grand patron du CAC 40 va gagner 275 fois le Smic. A qui la faute : aux pauvres eux-mêmes, ou à ceux qui s'enrichissent sur leur dos ???
Le vrai problème, effectivement (et vous l'effleurez), c'est LA RÉPARTITION DES RICHESSES. Mais vous parlez de répartir les miettes qu'on laisse aux pauvres entre les pauvres eux-mêmes, ce qui manque affreusement de bon sens et d'ambition.

plumedecib 30/11/2008 00:21



je crois que vous avez mal lu mon article madame. Au lieu de faire tant de bruit à vous offusquer avec des idées toutes faites, faites marcher vos neurones. Vous parlez des pauvres avec une
condescendance qui me répugne moi. Ce n'est pas niveler par le bas que demander l'égalité entre les citoyens d'un même pays. Je ne ferais que vous rappeler une phrase de Tocqueville "dans
tous les démocraties, les peuples n'ont que le gouvernement qu'ils méritent." Donc, si des patrons gagnent 275 fois le SMIC nous y sommes pour quelque chose voyez-vous. Pensez-y.


Je parle de miettes peut être, mais c'est déjà un pas vers l'égalité et c'est plus réaliste que de se donner bonne conscience en s'offusquant... Je sais que cette histoire fait partie des sujets
tabous. Et en France il y en a des millions de sujets tabous. C'est pour ça qu'on pratique l'immobilisme. On ne peut plus parler de rien, ni résoudre aucun problème puisqu'on touche toujours un
sujet tabous. Nous en sommes arrivés à une espèce de pudibonderie d'un autre siècle....



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents