Abolition des privilèges (suite)

Publié le par plumedecib



Le 18 Novembre 2008, je lançai l'idée de xavaix dans l'article titré Abolissons (à nouveau) les privilèges.


Il faut croire que cette idée est dans l'air du temps puisque le surlendemain, Jeudi 20 Novembre, 

"Le cumul des mandats, il n'est jamais temps d'en parler", a regretté Aurélie Filippetti, (PS). Elle a évoqué les "avantages exorbitants" des députés et a appelé ses collègues à "faire leur nuit du 4 août".

M. Marleix a rétorqué que cette question serait "revue dans le cadre du projet de loi que le gouvernement va déposer au printemps 2009 sur l'intercommunalité".

Entre parenthèses, nous prenons date Monsieur Marleix. Comptez sur nous pour vous le rappeler ! C'est biffé en rouge sur l'agenda !

L'échange a eu lieu lors de la séance  "Redécoupage électoral et retour des ministres au Parlement: l'Assemblée adopte le "paquet électoral"" . Le "paquet électoral" permet notamment aux ministres issus du Parlement de retrouver automatiquement leur siège à leur départ du gouvernement. Ils devront se décider dans un délai d'un mois. S'ils renoncent, leur remplacement par leur suppléant deviendra définitif jusqu'aux prochaines élections. S'ils en expriment la volonté ou ne se prononcent pas, leur retour est acquis.

Vingt-six membres du gouvernement actuel, à commencer par le Premier ministre, sont concernés.

L'opposition a dénoncé une "précarisation du travail des suppléants".

"Je ne vois quel est le suppléant qui va s'investir dans son travail, sachant qu'il peut être remplacé à tout moment", s'est interrogé René Dosière (PS), tout en déplorant que l'"on change en cours de législature les règles du jeu".


Le paquet électoral  autorise désormais  l'exécutif de redécouper les circonscriptions législatives, inchangées depuis plus de 20 ans. Une quarantaine de départements perdront ou gagneront des députés.

Le député UMP Jean-Pierre Grand, villepiniste, s'est interrogé sur "l'impartialité" de ce redécoupage, à la suite de propos attribués, dans Le Point, au président Nicolas Sarkozy ."Celui-là, il est mort (...) Je vais m'occuper personnellement du redécoupage de sa circonscription", aurait déclaré le chef de l'Etat. (source Le Point)




Commenter cet article

Charlotte 21/11/2008 22:50

Plus rien ne nous surprend, AH ça ira ça ira ça ira.....