Sarkozy - Obama

Publié le par plumedecib

 Je suis frappée par les similitudes entre les deux hommes.

- Même type de campagne tonitruante à grands coups de spots publicitaires,  de meetings géants, de souhaits de s'entourer de stars.

- Même débauche de pognon issu en majeure partie du privé, 

- Même type de discours éloquents  sans jamais aucune prise de position franche. Les deux hommes savent galvaniser les foules avec du vent. Ils utilisent les mêmes arguments pour faire croire qu'ils seront le Président de tout le peuple.

- Même niveau de faiblesse de programme.

- Deux hommes issus de la même fonction d'avocat.

- Deux slogans presque similaires : Ensemble, tout est possible dit l'un, We can, dit l'autre. 

- Chez les deux hommes, la campagne s'est déroulée suivant une organisation parfaitement huilée avec des équipes de professionnels compétents en matière de communication. Comme pour vendre une lessive, on a utilisé des méthodes de pub pour toucher le public.

- Même souhait 'd'ouverture". Comme Sarkozy, Obama propose de débaucher certains républicains dont un certain Schwarzenegger dont j'ai encore en mémoire le visage débordant d'émotion quand il scandait il y a quatre ans " Bush est le plus grand président des USA !" Et en plus, la star de cinéma serait en charge du dossier écologique. Faudrait donc qu'il se débarrasse de sa tripotée de hummer, véhicules les plus polluants du Monde (après les chars).

- Même réaction après les élections : Obama veut aller vite ! Comme Sarkozy voulait aller vite ! Battre le fer tant qu'il est chaud ou taper sur les têtes tant qu'elles sont encore toutes chaudes d'émotion.

- Même souci de focaliser l'opinion publique sur "la sécurité du Pays", la lutte contre le terrorisme.

- Mais qu'on fait Obama et Sarkozy le lendemain de leur élection ? Du sport !
Portant une casquette de baseball et des lunettes de soleil, Obama s'est rendu à la salle de gymnastique située à quelques pâtés de sa résidence à Chicago. Il en est ressorti une heure plus tard alors que quelques dizaines de personnes commençaient à se rassembler dans la rue. Les badauds l'ont applaudi alors qu'il montait dans sa voiture et reprenait le chemin de sa résidence. 

Sarkozy avait choisi le footing avec le maillot NYPD.

- Même cheminement. Au cours de la campagne, les grands arguments chocs qui ameutèrent l'opinion publique, furent peu à peu atténués ou oubliés en fin de campagne. Comme Sarkozy avait promis le retrait des troupes en Afghanistan, au début de sa campagne Obama avait promis le retrait des troupes d'Irak. Nous en sommes loin aujourd'hui.

- En ce qui concerne l'opinion publique, les deux peuples ont commis un vote sanction et non pas un vote pour. Comme en France, le lendemain d'élection aux USA est encore tout pétillant de bonheur. Ils se sont enfin débarrassés de Bush ! 

- Quant à l'opposition, je ne crois pas m'avancer beaucoup en écrivant que d'ici très peu de temps, on dira que les républicains se cherchent un second souffle et qu'ils se perdront comme notre PS dans les dédales de récriminations internes à n'en plus finir.

- Il y a cependant, toujours à mon avis, une différence majeure qui fera qu'Obama ne sera pas traité dans les médias comme Sarkozy. D'abord, il semble avoir moins de problème avec son enfance et assume sa couleur de peau, ne  cherchant pas comme Mikael à devenir blanc, tandis que notre président n'assume pas sa petite taille et use des pires subterfuges pour avoir l'air plus grand !
Et par ailleurs, les humoristes auront du mal à croquer de l'Obama sans avoir l'air d'être racistes tandis que chez nous, la riposte à l'omniprésidence ne s'est pas faite attendre !
 
Ce que nous aurons appris, c'est qu'effectivement le Monde a bien changé et nous ne devons plus nous attendre à avoir à voter pour de grands hommes, des grandes valeurs humanistes mais pour des lessives qui font de la lumière dans la machine à laver, des voitures qui se transforment en robots pour courir plus vite, des brioches qui font des dimanche matin tous les jours.
A sa surface, le Monde nous montre ce que nous avons envie de voir, il nous fait entendre ce que nous avons envie d'entendre. C'est une grande scène planétaire où se joue notre sort en une fiction puisée dans les pages de notre imaginaire.  Dans les coulisses, il y a bien sûr ceux qui tirent les ficelles, qui écrivent les scénarios avec ce qu'il faut de noeuds dramatiques pour garder l'audimat. Ils nous occupent afin de ne pas être dérangés pour travailler aux affaires des grands.

Le sort du Monde se joue ailleurs, dans le complexe fermé des grands groupes économiques qui oeuvrent depuis la dernière guerre mondiale à la mondialisation. "Des jeux et du pain" pour le peuple, c'est toujours d'actualité. Et si à cet époque, les peuples avaient l'excuse d'être ignorants, ce n'est plus le cas aujourd'hui. Ils n'en gardent pas moins un désir puissant de rester dans l'illusion tout en se donnant bonne conscience.

 

Commenter cet article

Philippe 11/11/2008 13:51

La différence fondamentale selon moi, c'est surtout que l'un est humble, l'autre est arrogant ... pas besoin de préciser qui est qui ...

plumedecib 11/11/2008 14:44


c'est bien connu, les USA forment de meilleurs acteurs que la France...L'élection spectacle est désormais entrée dans la normalité grâce à Obama, béni par des peuples  aux yeux pleins
d'étoiles...  

M ais ce n'est que mon avis... 


jean--philippe 10/11/2008 16:53

un billet fort bien vu (merci l'ami falcon) je ne partage pas la passion déchainée envers cet homme si ce n'est le symbole de voir un homme de couleur à la tete des USA , mais ca s'arrete là !! et je vous rejoins sur le fond et le forme !! les gens sont d'une naiveté !! Obama fera une politique libérale comme ses prédécesseurs et il sera ultra protectionniste !! Israel peut se réjouir : rien ne va changer pour eux !! quel monde mais quel monde !!

plumedecib 10/11/2008 16:55


comme vous dites !  


mycr 08/11/2008 20:07

Je trouve au contraire qu'il y a beaucoup de différence entre les deux.Juste deux exemples : Obama a renoncé à un poste dans un bureau d'avocats prestigieux qu'on lui offrait à sa sortie de Harvard pour aller travailler pour la communauté noire de Chicago avec un salaire très modeste. Au soir de son élection, Obama n'est pas allé s'empriffrer dans le restaurant le plus snob du coin comme si sa fonction n'était qu'un moyen de se différencier du reste du monde, par contre Obama avait sur le visage le poids des responsabilités qui l'attendent.  Le moment était heureux mais également grave. 

charlotte 08/11/2008 11:02

@ Rachid, ben voilà qui est mieux !!Amicalement.

rachid 07/11/2008 22:08

De toi à moi, ma sœur.
 
 
Dès dimanche, voilà ce que je voulais diffuser….
J’aurais du !
 

(Mon brouillon)
 

 
 
 
Que Godemichet bénisse l’Amérique !
 
On peut aujourd’hui être femme, et avoir des chances de devenir président des Etats-Unis. C’est ce qui aurait pu se passer avec Hillary Clinton. Vous pouvez être Noir et avoir des chances de l’emporter. C’est ce qui pourrait se passer mardi pour Barak Obama. Mais essayez de vous présenter si vous n’êtes pas chrétien. Mieux encore. Essayez de vous présenter si vous n’êtes pas croyant. On alourdit le handicap ? Imaginez un athée célibataire ! C’est tout bonnement le Diable ! Ce qui m’étonne, c’est qu’aucun commentateur français ne l’a souligné. Il me semble pourtant que c’est très important. Car les Etats-Unis ne sont pas très différents en cela de l’Iran qu’ils dénoncent. Dieu est omniprésent aux Etats-Unis. Dans les têtes, dans les corps, sur le dollar. Dieu (God) remplit tout. God est le gode (godemichet) des Américains. Que Godemichet bénisse l’Amérique ! Force m’est de l’avouer, ce spectacle d’ignares en transe au seul nom de Dieu me révulse. Surtout dans un pays où la culture est accessible à tout le monde, où l’on ne peut pas invoquer le manque d’écoles, d’universités, de bibliothèques, pour justifier son ignorance crasse du reste du monde. La culture américaine est une culture fermée sur les autres. Il suffit de regarder les statistiques ! Combien de livres européens traduits aux Etats-Unis ? Combien de films européens projetés au Etats-Unis ? Combien de chanteurs non anglophones passés sur les ondes ? Pratiquement rien. Et pendant ce temps-là nos élites médiatiques se prosternent devant tout ce qui vient d’Amérique comme on se prosterne devant un veau d’or ! Il faut voir les présentateurs de journaux se pâmer devant des acteurs aussi nuls que Tom Cruise, Brad Pitt, Sharon Stone ! Nous vendre en direct toute la soupe d’Hollywood ! A-t-on jamais vu valets aussi serviles mendier sourires ou caresses ? Il serait temps de s’ouvrir à d’autres cultures. Le monde est vaste. Ne le limitons pas à la patrie de l’oncle Sam.
 
 
 

plumedecib 08/11/2008 09:21


ah ben oui tu aurais dû ! Je l'ai fait en partie dans mon article intitulé "croient-ils que nous sommes devenus américains ?" A relire alors !!!