DSK = Paul Wolfowitz ?

Publié le par plumedecib


Vous vous souvenez du patron de la banque Mondiale ? Viré en 2007 pour les mêmes raisons que DSK

Petit rappel des faits avec le Nouvel OBS


----

Question d'éthique

En juin 2005, Paul Wolfowitz, ex-secrétaire adjoint à la Défense, prend la tête de la BM sur une proposition de l'administration Bush. Il informe le Conseil d'administration de sa liaison avec une employée, Shaha Riza, et demande comment procéder. Le Comité d'éthique de la BM propose son détachement auprès d'une autre administration. Mme Riza est détachée au département d'État mais continue à être salariée de la Banque Mondiale.
Début avril 2007, la presse américaine révèle que Paul Wolfowitz a personnellement accordé d'importantes augmentations de salaire et des promotions à la jeune femme mais le président nie tout népotisme. Un comité spécial est alors créé pour étudier l'affaire.
Le président de la BM présente des excuses publiques pour son "erreur". L'association des employés de la Banque réclame néanmoins sa démission. Plusieurs pays européens lui demandent de tirer les conséquences de l'affaire. Il exclut de démissionner et dénonce la manière "inéquitable" dont il est traité, dans une lettre adressée au Conseil d'administration de l'institution.

La question de la démission

Le 30 avril, le président Bush affirme que Paul Wolfowitz doit rester à son poste. Kevin Kellems, un proche conseiller, démissionne.
Début mai, le comité "ad hoc" affirme qu'il y a eu violation des règles de l'institution et demande au conseil de "considérer s'il est capable d'exercer le leadership nécessaire pour assurer que la Banque puisse continuer à fonctionner au mieux de ses capacités pour remplir son mandat".
Mi-mai, Paul Wolfowitz "implore" la clémence du conseil d'administration et promet de changer ses méthodes de gestion mais, le 17, il décide finalement de démissionner à compter du 30 juin, après un accord conclu avec le conseil d'administration. Ce dernier admet alors que Paul Wolfowitz a agi "avec éthique et de bonne foi".
Depuis mai 2008, il est à la tête du conseil économique d'USA-Taïwan, une organisation de coopération bilatérale à but non lucratif. 


.....SUITE DE L'ARTICLE           



Donc, de deux choses l'une,

- Soit le DSK is innocent mais il n'a aucune autre alternative que celle de faire ses plates excuses, quoique pour Paul, cela n'a servi à rien.


- Soit l'affaire est réelle et donc les hommes politiques ont du souci à se faire parce qu'à la fin de l'épuration, il n'en restera pas des masses.

Et en France, c'est quand qu'on s'y met ? Je rigooooole, copain ! Le népotisme, en France il est tellement présent qu'on n'y fait même plus gaffe.

Ah BILL ! 

 

Commenter cet article