Afghanistan.... Le journalisme d'investigation, ça existe !

Publié le par plumedecib


Oui, le journalisme d'investigation, ça existe, de même que les agences de presse indépendantes. Ce n'est pas facile de survivre dans un Monde de médias dispensés de faire leur travail d'investigation au profit d'un travail de propagande... Ca existe, et ça peut tuer...

A nouveau grâce à Rachid Djareri, j'ai pu découvrir l'agence Interscoop.. J'invite les internautes qui souhaitent s'informer sur le problème récurrent de l'Afghanistan à lire l'interview du patron de cette agence Christophe de Ponfilly. L'Afghanistan, il connaît étant l'auteur de 12 films réunis sous le titre de "à la mémoire de Massoud". Il a côtoyé, connu Massoud et a tiré un film "Massoud l'Afghan". Il était aux USA le 11 Septembre 2001. Témoin d'un Monde qui s'enflamme grâce à une propagande planétaire, il a écrit une lettre ouverte en rentrant en France le lendemain que le Monde a refusé de publier. Dans un long et passionnant interview, Christophe de Ponfilly exprime sa stupeur, son incompréhension et parle de son travail. A lire même si c'est long, c'est vraiment passionnant. En voici les premières lignes....

Christophe de Ponfilly s'est donné la mort en MAI 2006 

 

Interscoop
Agence de presse
3 rue Rollin
75005 Paris - France
Tél : 33 (0)1 40 46 92 92
Fax : 33 (0)1 40 46 91 90

Interscoop
Active depuis 1983, cette agence de presse, dirigée par Christophe De Ponfilly et Frédéric Laffont, tous deux Prix Albert Londres, n'en finit pas d'étonner par la qualité de ses films et la rigueur de sa démarche. Son indépendance au parfum de dissidence lui vaut d'occuper une place particulière dans le monde de la Télévision.

 

Interview de Christophe De Ponfilly

Le 28/04/2003 

Majid - Qu'est-ce qui a changé pour vous depuis le 11 septembre 2001 et l'intervention américaine en Afghanistan ? Je m'intéresse notamment aux travers de l'aide humanitaire, des politiques et journalistes...

Christophe De Ponfilly - on s'applique à reconstruire l'Afghanistan. C'est vrai qu'il y a des erreurs énormes. Il y a d'abord des promesses d'argent qui devraient être tenues, mais qui ne sont pas tenues. Tout ça parce qu'il n'y a pas les structures pour les recevoir et les gérer. Comme un serpent qui se mort la queue. Il n'y a pas les hommes pour gérer la répartition de l'argent.

Quand on voit que la plupart de ces sommes d'argent sert à payer les experts occidentaux - que vous avez 250, même plus, ONG qui sont à Kaboul - qu'il y a une inflation délirante à Kaboul, que par exemple trouver une maison à Kaboul, c'est aussi difficile, aussi cher que de trouver une maison dans le 7ème arrondissement à Paris ! Il y a des embouteillages de 4x4 dans Kaboul, de 4x4 d'ONG !

Il y a un moment où moi, Merabuddin Masstan me dit "
mais nous, lorsqu'au ministère des Affaires Étrangères on veut embaucher quelqu'un, une secrétaire par exemple, on va lui donner 50 dollars par mois, alors que l'ONG voisine elle va lui donner 200 ! Elle va forcément à l'ONG voisine". Alors comment on reconstruit l'Etat afghan et l'appareil d'Etat ! Et il y a beaucoup de choses qui fonctionnent très très mal comme cela. En plus, moi, il y a des choses qui me choquent. C'est qu'ici, le monde industriel commence à être catastrophé par la position française par rapport aux Etats-Unis et à l'Irak (ce que je trouve un peu gros d'ailleurs). Ils n'ont qu'à assumer ! Et puis s'ils veulent bosser et investir dans des pays où il y a tout à faire, l'Afghanistan, c'en est un. Donc évidemment, il y a des risques... et oui, mais le monde d'aujourd'hui, si on ne prend pas des risques, on ne fait pas grand chose !

Majid - Depuis la mort de Massoud, qu'avez vous réalisé, chronologiquement depuis 2 ans ?

Christophe De Ponfilly - Comme action ? D'abord, j'ai témoigné. C'est à dire que j'ai dépassé la tristesse et la colère. Parce que j'ai eu après la tristesse, une colère qui s'est ravivée. Dans la mesure où mon film "Massoud l'Afghan" et le livre que j'avais écrit, qui était sortit en 1998 (assez confidentiellement, à cette époque), le livre est devenu un best seller (comme on dit), après septembre 2001. Et ça m'a vraiment choqué encore plus. C'est à dire que ce livre et ce film étaient fait pour attirer l'attention occidentale, sur Massoud et qu'on aide cet homme. Cela faisait des années qu'on aurait dû aider cet homme. Les américains aidaient Gulbuldin Hekmatyar et ensuite d'une manière indirecte les taliban. C'était la folie totale. 

SUITE 

 

Publié dans Etranger

Commenter cet article

mycr 28/08/2008 01:45

L'entretien entre Christophe de Ponfilly et Majid est fascinant.  On a vraiment l'impression d'avoir été bernés et de l'être de plus en plus.  C'est effrayant.  Désinformation.  Intérêts personnels.  Argent sale.   C'est honteux que le résultat en est la mort de l'homme intègre.  La situation d'aujourd'hui est l'amplification de ce qu'il annonçait.Comment on détruit un pays et un peuple et comment le monde en souffre ou en profite.

plumedecib 28/08/2008 11:32


si seulement sa mort pouvait servir à quelque chose... que faut-il donc pour ouvrir les yeux des gens ? Oui, c'est honteux MYCR. Il n'y a même plus de mots.... Et la seule issue que Christophe de
Ponfilly ait pu trouver, c'est la mort... S'offrir la mort, dira un de ses proches, à défaut de pouvoir vivre avec cette vision des événements si précise et si réelle... Et ce sentiment de ne
servir à rien.... Bise


Aka 26/08/2008 21:20

Malheureusement, je vais casser l'ambiance mais je voudrais rendre hommage à Christophe de Ponfilly.Il s'est en effet suicidé en 2006.http://passouline.blog.lemonde.fr/livres/2006/05/pour_saluer_pon.htmlIl fait parti de ces hommes qui se sont investis au nom de la vérité pour une cause juste. Tel François-Xavier Verschave pour l'afrique, Christophe de Ponfilly a été la parole vraie de l'Afghanistan en France.

plumedecib 26/08/2008 23:39


merci.... que sa mort serve à quelque chose....


charlotte 26/08/2008 19:46

Je lirai l'intégralité ce soir, c'est tellement rare, et merci pour linfo! Bises à ceux qui ont pris le maquis

marie laure 25/08/2008 15:24

Bonjour aux résistants ;)Me voilà revenue brutalement sur terre alors que j'aurais souhaité rester dans mon campement d'altitude ... Mais heureuse de voir que tu n'as pas perdu ta plume au vitriole qui étrille l'idiot et le truand :)bises ma cib' et à bientôt

plumedecib 25/08/2008 16:33


ah bonjour ma belle !!! j'espère qu'on a bien tenu la ch'baraque pendant ton absence ! Voui, mais non ça ne s'est pas arrangé, preuve que tu n'y étais pour rien dans ce grand bazar mondial !!! Bise


amenothes 25/08/2008 13:12

merci pour l'info

plumedecib 25/08/2008 13:36


c'est à moi de vous remercier pour l'intérêt que vous portez à cette info et pour l'espoir qui naît ainsi en moi...