Augmentation du temps de travail... un siècle pour rien.

Publié le par plumedecib

Suite à l'excellent article de REAGIR où j'ai relevé ce témoignage :

  Je suis une femme. Pas de chance, je suis mère. Suite à la naissance de mon premier enfant, pas de place en crèche. Etant cadre, soit j’embauchais deux nounous pour couvrir l’amplitude horaire de mon travail, soit je demandais un temps partiel comme m’y autorise la législation. J’ai été licenciée. Parce qu’un cadre ne travaille pas à temps partiel. Je crois que je vais devoir m’asseoir sur mon bac +5, mes dix ans d’expérience professionnelle et me mettre au tricot. Cessons d’être hypocrites ! Puisque le travail des cadres féminins est entravé de toutes les manières possibles, autant faire des économies dans l’enseignement supérieur et en interdire l’accès aux femmes. Ou alors, qu’elles s’engagent à ne pas avoir d’enfant ! »



J'ai dans l'idée qu'une chaîne de désespérance ne va pas tarder à nous enlacer tous et nous précipitera dans un gouffre aux allures de Néant.
Si nous résumons la situation, le but de Nenesse est de faire croire que son règne est grand, qu'il est un autocrate de talent. Son idée est peut être de faire ériger une statue de sa personne, au moins aussi grande que celle de la Liberté, au moins aussi gerbante que celle de Lénine. Peu importe. Pourvu que le petit train de l'histoire le nomme jusqu'à la fin des temps.
Donc, pour être grand, il est nécessaire de marcher sur les petits et de donner à la France l'illusion du faste et que le Dieu Soleil fasse miroiter les paillettes. 
- Supprimer ce nombre immonde de demandeurs d'emploi, les radier. Les embastiller une bonne fois pour toutes, les publier au ban de la société. Toute bénéf. pour NS.
- Libérer le temps de travail, anéantir la valeur du travail, favoriser l'emploi bon marché pour concurrencer les Pays comme la Chine ou même l'Est de l'Europe. Et ainsi inverser la balance du commerce extérieur.
Mais libérer le temps de travail ne signifie pas faire de l'emploi. C'est donner aux patrons tous pouvoirs pour l'exploitation de l'énergie humaine et la transformer en sonnants bénéfices. "Tu veux pas bosser, il y en a 100 qui attendent derrière la porte et qui sont prêts à travailler deux fois plus pour la moitié de ton salaire !' Habituez-vous à l'entendre, répétez là jusqu'à ce qu'elle coule douce dans vos oreilles.
En même temps qu'on libère le temps de travail, on diminue le temps scolaire. Les enfants livrés à eux-mêmes et qui auront tendance à faire des bêtises seront raflés puis acheminés vers des centres de redressement. Ils rejoindront les jeunesses Sarkozystes, vouées à remplacer l'actuelle armée française.
Les familles éclatées, les rues pavées de pauvres en haillons, les maris trébuchants sur leurs souillures après une journée de 12 heures de travail harassant, les femmes obligées de tapiner ou transformées en rombières vendant leurs gosses pour payer le loyer, des taudis, des trous à rats, des métros habités, nous sommes au 21 e siècle dans le Pays France. Mais soyons heureux ! Au château, nos seigneurs ripaillent et se tapent nos gamines, les engrosseront peut être et leur donneront au moins à manger !
Et dans les arènes, la fête une fois par an ! Les poubelles, au lieu d'être acheminées vers les incinérateurs seront livrées en place publique où les pauvres pourront sans modération s'y vautrer. les CRS tourneront le dos, et, pour se défouler de leur frustration incommensurable, les pauvres auront le droit de pisser sur leurs bottes !
A mort amor et viva la Muerta !
 

Publié dans Ca tire à gogo

Commenter cet article

charlotte 07/08/2008 06:11

"L'Immigration choisie" est mise en place non seulement pour palier aux départs à la retraite massifs des "baby-boomers" mais surtout pour tirer les salaires vers le bas, et si ces "pov'cons de français acceptent pas de bosser pour des salaires de misère, qu'ils crèvent ! D'autres, qui crèvent de faim dans leur pays, ne feront pas la fine bouche ! Ainsi parlait Tzarkotoustra.

plumedecib 07/08/2008 10:01


Ainsi il parlait bien !


TendrePoison 06/08/2008 11:42

Un ptit coucou,Et ben, le jour où y aura plus 100 gugus prêts à faire les serpillères et que les gens diront aux exploiteurs en chef d'aller se faire cuire un oeuf, refuseront les emplois, les salaires, les conditions de travail, les diktats, on pourra peut-être espérer une amélioration. bien sur c'est pas toujours facile, faut bien manger etc, mais quand on t'écrabouille, soit tu te bats, soit tu fais la carpette, y a pas d'autres choix. Les 2 alternatives impliquent des désagréments, mais y a pas de solutions miracles... M'enfin, à force de consommer la main d'oeuvre, il n'y aura bientôt plus aucun personnel qualifié ou déisrant investir un peu de lui-même dans une entreprise et sans ça, une boite elle va pas loin. Effet boumerang effet boumerangbises

plumedecib 06/08/2008 13:38


On a encore de la marge ! Il n'y aura révolte que le jour où une majorité n'aura plus rien à perdre... bise


sixtine 01/08/2008 17:56

Vision cauchemardesque d'une société en déclin...

plumedecib 02/08/2008 10:03


je viens de lire un article sur un des blogs qui contient une offre ANPE : jeune institutrice de CM2, niveau exigée bar + 3, pour six mois, contrat CAE ! et salaire 8,71 de l'heure !!! Un contrat
d'avenir pour un remplacement c'est-y pas beau ? et une instite remplaçante payée au SMIC  ?

http://desirsdavenircastelnaumedoc.over-blog.com/article-21655524.html 


Desencanto 01/08/2008 16:34

Bonjour, chez nous(Espagne) ce sont les grand-parents ceux qui sont esclavises pour que les jeunes puissent aller travailler sans être foutu a la porte. Salutations.

plumedecib 02/08/2008 10:07


bonjour et merci de votre commentaire. Je ne parle pas espagnol malheureusement et je n'ai pas pu découvrir votre blog. Mais je vais y retourner et faire quelques efforts.
En attendant, je ne comprends pas tout ce que vous avez voulu dire. Est-ce que chez vous les grand-parents gardent leurs petits-enfants pour que leurs enfants puissent travailler "plus" ???? Si
c'est le cas, nous sommes malheureusement dans la même galère.
Et en rallongeant le temps de travail, les grands-parents risquent même de ne plus pouvoir faire les nounous !