Chaque choc pétrolier correspond à la découverte de nouveaux gisements

Publié le par plumedecib



Et pour que ceux-ci deviennent exploitables, vu qu'ils sont de plus en plus difficiles d'accès et à extraire, il faut que le prix du baril augmente. Je vous propose de lire cet article écrit par quelqu'un de très bien informé.

 Nazar Al-Amir donne son explication à la forte augmentation du prix du pétrole que nous connaissons actuellement. 
Combien de fois a-t-on entendu les divagations médiatiques concernant l'augmentation du prix du pétrole ! Cette augmentation que l'on attribue à la croissance de la demande chinoise et indienne, ou au fait que les producteurs arabes diminuent leur production. Evidemment, ceci n'est qu'une intoxication médiatique, très lointaine de la vérité. Toute augmentation du prix du pétrole est dictée par une seule source, les compagnies pétrolières multinationales, qu'on nomme parfois les majors. Ce sont elles qui de concert décident du prix du brut1. Le chef de file des majors est ExxonMobil qui est le plus puissant, suivi de BP, Shell, Chevron et Total. Ce trust pétrolier manipule l'opinion publique mondiale par l'intermédiaire de toute la gamme des médias commerciaux, y compris la presse écrite, les radios, les télévisions, et qui n'ont qu'un objectif, le profit. C'est cette corporation pétrolière suprême qui domine toutes les autres et qui décide de la politique énergétique internationale et surtout du prix du brut. Les producteurs, membres de l'OPEP (pays exportateurs de pétrole) ou autres, n'ont qu'à suivre le diktat de ce géant politico-économique. 
Naturellement, à part le trust, les pays exportateurs sont aussi les premiers bénéficiaires de ces augmentations périodiques, sans en être les auteurs. 

Lors du premier choc pétrolier de 1973, où le prix a triplé en quelques mois, on a assisté aux attaques médiatiques acharnées contre les producteurs arabes. Grâce à mes relations privilégiées avec les ministères du pétrole dans les pays du Golfe, surtout aux Emirats arabes unis, j'étais aux premières loges pour témoigner de cette incroyable arnaque destinée à faire augmenter le prix du brut. Toutes les chancelleries arabes furent surprises par la ténacité des compagnies pétrolières américaines et européennes à inciter les producteurs à augmenter le prix, prenant comme prétexte la guerre d'octobre entre l'Egypte et Israël. 
Les spécialistes ont compris la raison d'être de cette arnaque, mais beaucoup plus tard seulement. La découverte du gisement de la mer du Nord exploité par BP et Shell en était l'unique raison. 
Au début d'octobre 1973, le prix du baril de brut était de 4 dollars. Si le prix restait à ce niveau, le pétrole de la mer du Nord ne serait pas économiquement rentable, puisque les sociétés exploitantes estimaient le prix à plus de 5 $ le baril. Alors, en augmentant le prix du marché mondial à 11,65 $, le pétrole de la mer du Nord devenait rentable. 

Le deuxième choc intervint en 1979 et 1980. Les sociétés multinationales ont trouvé que le baril de brut de la mer du Nord, du Nigeria et du golfe du Mexique revenait plus cher que prévu. Donc, il fallait créer un manque temporaire de ravitaillement pour pouvoir augmenter le prix. 
La récente flambée du brut, appelée le troisième choc, est causée par la nouvelle découverte de gisements dans le Colorado américain et dans les eaux territoriales du Brésil. Ces gisements se trouvent dans des régions difficilement accessibles et à de grandes profondeurs, ce qui augmente le prix d'exploitation ,qui se situe entre 30 et 35 $ le baril. Naturellement, les médias de la corpo-arnaqueuse restent muets. Il faudra attendre encore quelques mois pour en savoir plus sur ce sujet. Certains lecteurs se rappelleront qu'en 1960, on a découvert du pétrole à Essertine/VD. Mais il fut jugé non-exploitable à cause du prix de production estimé de 90 à 100 $ le baril. Le prix mondial du baril à l'époque était de 2,10 $. 
Le prix du pétrole va continuer à grimper jusqu'à 180 $ le baril. Ce prix sera équivalent au prix de l'énergie écologique qui remplacera l'énergie extraite du fossile, le pétrole. 

Récemment, certaines sociétés pétrolières ont tendance à devenir écologiques. Mais ceci n'est qu'une ruse. Ces sociétés vont se concentrer sur une branche, la pétrochimie. Si le bénéfice de l'essence, du diesel et autres usages vulgaires du pétrole rapportent 100%, les dérivatives d'un baril traité dans les usines pétrochimiques peuvent rapporter 500% à 1000% de bénéfice selon le produit. 
Pendant que les producteurs et les multinationales empochent des bénéfices colossaux, les pays du Sud, une fois de plus, restent les victimes de cette arnaque. 
NAZAR AL-AMIR, Lausanne 1Les spéculateurs sont des agents du cartel multinational qui les financent avec des milliards pour faire augmenter le prix. 

Note : 1Les spéculateurs sont des agents du cartel multinational qui les financent avec des milliards pour faire augmenter le prix.

Source en provenance de SUISSE - à diffuser sans modération parce qu'on va finir par mourir trop con et ça va fâcher les asticots !
 

Publié dans Etranger

Commenter cet article

Olive 23/05/2008 10:03

Salut, bien ton article sur le pétrole, je vais le reprendre, en te citant, car je me bats depuis le début de l'année pour cela, j'ai crée une pétition sur la flambée de l'essence.Car c'est aussi le jackpot pour l'état et Total.

plumedecib 23/05/2008 10:10


On n'est peut être pas très influents mais au moins on aura fait ce qu'on aura pu pour sensibiliser l'opinion publique sur cette escroquerie planétaire qui est en train d'enrichir les majors et je
ne sais qui derrière qui dirige le monde.


charlotte357 23/05/2008 06:52

J'ai vu cette info cette nuit, je ne sais plus trop où ! Dans mon coup de gueule de la nuit j'ai pronostiqué un baril à 200 $ en septemre/octobre. bisous