Répéter, s'entraîner, l'école des automates, c'est MAINTENANT

Publié le par plumedecib


LES PROFS DU PRIMAIRE L'ONT SEVERE titre LIBERATION

Au cours du cycle trois [du CE2 au CM2, ndlr], les élèves devront apprendre la différence entre le cristal de Bohême et le cristal de Baccarat. Ils devront aussi maîtriser le passé simple et le passé antérieur. En poésie, l’objectif n’est plus de "dire un texte de façon expressive" mais de "réciter sans erreur", etc.» : institutrice dans une école élémentaire située en ZEP du XVIIIe arrondissement de Paris, Clarisse Blanchaud, 33 ans, est révoltée par le projet de programmes du primaire qui doivent être introduits à la rentrée. «Répéter, s’entraîner, sont les verbes qui y reviennent le plus souvent, poursuit-elle, et c’est bien l’esprit : le maître détient le savoir, les élèves répètent jusqu’à acquérir les automatismes.»


Comme d'hab, des mesures préparées en catimini sans avis et concertation des professionnels de l'enfance. Cela fait des années qu'on impose des mesures aux professeurs du primaire et nos enfants doivent s'adapter, ils n'ont pas le choix. Ou alors, on ne les envoie plus à l'école mais dans ce cas, on les sort de la société.
Fabriquons donc des automates, incapables de réfléchir, de raisonner, c'est bon pour le gouvernement !

Dix huit ans de droite, vous ne croyez pas que ça commence à bien faire ? Cela en fait des générations sans culture à part celle du profit à tout prix. Des enfants de la Star Ac, culture babiole, paillettes, talent zéro, phare éphémère et nuit éternelle dans le désespoir.

Et si les enfants sont si nuls à l'école, ce n'est peut être pas la faute des professeurs qui font ce qu'ils peuvent pour réveiller les pots de fleurs assis sagement derrière leur bureau, les yeux cernés, le visage blafard, les doigts pianotant le bureau à la recherche d'un bouton, d'un clavier pouvant faire jaillir leur vie virtuelle sur l'écran dont ils ont fait leur miroir.

Commenter cet article

naradamuni 05/04/2008 18:52

Ré-Création libre imagination,

$t nabot chanoine dé latrinès,

Le va tiquant, et titubant,

Ici encore, toujours sévit.



Après T$arcos la grenelle et son anon,

La buissonniére sauvage envisageons;

Juste sourire au nez, des néo-cons.


Plus de moulins pour nous rouler,

Plus de poussières dans leur prières.

Ouf, enfin vide, enfin sincère.


Plus d'anonyme derrière l'écran:

Chacun défendant à ses dépends,

Comme si d'or fut sa prison.


Et sous les ordres et les missions

D'inculcation et de confort maton,

Un jour victime, un jour bourreau,


Un autre jour sauveur... la vocation!


Libéré d'enseigner à coup de talon.

Quand l'bénéfice est l'étalon,

Le barbelé entre en fonction.


Marcher au pas devient leçon,

Lever drapeau, chanter canons,

Anihillier les sauvageons.


Tous ces symboles et soustractions,

Au pire, pérorés pour le meilleur

Sont ils, forcepsement bon ?


Où sont buissons, sentant si bon

bruissant au coeur de l'unisson

Là, quand libre est imagination.


Résignés, Pétionnez, Signez, Ré-Pétitionnez!

sixtine 04/04/2008 14:40

Et pourtant,quand on les écoute ces jeunes,ils en ont dans la tête,pour la plupart...! Moi, si j'étais au gouvernement,je voudrais créer un "vrai" Ministère de la Jeunesse,avec la participation de cette population dont on parle souvent sans très bien la connaître...On parle et on décide pour eux même quand ils sont en âge de le faire...

fleche 04/04/2008 13:11

Au risque de vous paraître réactionnaire, mais j'assume, l'école élémentaire doit avoir pour objectif d'apprendre à lire et compter aux élèves. C'est l'objectif premier il me semble. Le faire au travers de jeux, au travers de leçons où est l'important ? Que les enfants sachent lire et comprendre ce qu'ils lisent, compter et même un peu plus multiplier et diviser.Il me semble que là est l'essentiel pour l'école élémentaire, encore une fois peu importe le moyen par lequel on y arrive.Par contre au collège et au lycée, je trouve que pour suivre l'enseignement qui y est donné, et mon message ne s'adresse pas aux enseignants qui suivent les programmes, il faut être sacrément bon.L'enseignement en France est fait pour l'élite. Il ne fait pas bon être fils ou fille d'immigrés dans une famille qui n'appréhende le français que de façon approximative. Ce n'est pas pour eux !Je suis absolument effarée devant l'enseignement du français au lycée, et devant les devoirs à faire. Les élèves ne font pas du français, ils font de la littérature et se doivent d'utiliser un vocabulaire qui ne sert que pour passer les examens. Parlons-nous souvent de litote, d'asyndète, de polysyndète ... ?Je serais lycéenne aujourd'hui je crois que je n'aurais pas la moyenne en français. En seconde et première pour info, je tournais autour de 15, tout simplement parce que le français en ce temps là était basé sur la réflexion notamment au niveau des dissertations. Tout l'enseignement du français, de l'histoire était basé sur l'esprit critique. On dirait bien qu'il a disparu. On prépare nos enfants à boire les paroles de la télé sans se poser de questions.Pauvre ministère qu'un ministère qui mène les humains à ressembler à des moutons.Pauvre pays où nous vivons. 

plumedecib 04/04/2008 14:01


C'est vrai flèche qu'on faisait des dissertations en seconde.... Maintenant, il faut attendre la Terminale. Et il ne fait pas bon avoir l'esprit critique ni le développer.
C'est ce qui nous fout en l'air. C'est ce qui donne la part belle aux médias, eux-mêmes manipulés par les gouvernants... Lorsque nos générations de râleurs invétérés se seront éteintes, j'espère
qu'il restera encore quelques énergumènes pour perpétrer notre mémoire...


TendrePoison 04/04/2008 11:52

On se demande quel monde on va laisser à nos enfants... mais parfois je me demande aussi quels enfants on va laisser à notre monde !!!!!!!!!!Enfin on va dire que ça fait boule de neige ...

sixtine 04/04/2008 11:35

Il me semble que le monde enseignant en voit de belles depuis pas mal de temps avec des réformes à n'en plus finir...Les enfants paient également un lourd tribut sur le plan du savoir...et les parents ne savent plus à quel Saint se vouer pour les aider car ils sont parfois, eux aussi ,bien démunis...!