La vie peut être libre et belle mais nous avons oublié comment

Publié le par plumedecib


Texte de Charlie Chaplin, prononcé en 1940 devant Franklin Roosevelt



La vie peut être libre et belle mais nous avons oublié comment.

La cupidité a empoisonné les âmes, élevé des barrières de haine, nous a acculés au malheur et au bain de sang.

Nous maîtrisons la vitesse, mais nous restons enfermés.

La mécanisation nous laisse dans le besoin.

Notre science nous a rendus cyniques et brutaux.

Nous pensons peu, nous ressentons trop peu.

Plus que de machines, nous manquons d'humanité. Plus que d'habileté, de bonté.

Sans ces qualités, la violence dominera la vie.

L'aviation et la radio nous ont rapprochés.

La nature de ces inventions appelle la bonté, la fraternité universelle.

En cet instant, ma voix atteint des millions d'hommes, de femmes, d'enfants qui désespèrent, victimes d'un système qui contraint à torturer et à enfermer des innocents.

A ceux qui m'écoutent, je dis : ne désespérez pas.

Notre malheur actuel est le fruit de la cupidité, de l'amertume de ceux qui redoutent le progrès.

La haine passera, les dictateurs mourront, et le pouvoir pris au peuple reviendra au peuple.

Tant que des hommes sauront mourir, la liberté ne périra pas.

Soldats, n'obéissez pas à des brutes qui vous méprisent et vous oppriment, qui vous dictent vos actes et vos pensées ! Qui font de vous des bêtes, de la chair à canon !

Ne cédez pas à ces êtres dénaturés aux cerveaux et aux coeurs de machines !

Vous n'êtes ni des machines ni des bêtes, mais des hommes, qui portez l'amour dans vos coeurs !

Vous n'avez pas de haine ! Seuls haïssent les dénaturés !

Ne combattez pas pour l'esclavage ! Combattez pour la liberté !

Dans Saint-Luc, il est écrit : "Le Royaume de Dieu est en l'Homme". Non pas un, ou un groupe, mais en tous les hommes ! En vous, c'est vous le peuple qui avez le pouvoir de créer les machines, de créer le bonheur !

Vous avez le pouvoir de rendre cette vie magnifique, d'en faire une merveilleuse aventure.

Au nom de la démocratie, usons de ce pouvoir, unissons-nous !

Combattons pour un monde nouveau, qui donnera à tous un travail, un avenir aux jeunes, une sécurité aux vieux.

En promettant cela, des brutes ont pris le pouvoir. Ils mentaient ! Ils n'ont pas tenu leurs promesses.

Ils se sont libérés mais ont asservi le peuple. Luttons pour accomplir ces promesses. Pour libérer ce monde, abattre les barrières nationales, abolir la cupidité, la haine et l'intolérance.

Luttons pour un monde de raison, où la science et le progrès mèneront au bonheur de tous !

Soldats ! Au nom de la démocratie, unissons-nous !



Publié dans Reflexions

Commenter cet article

Polash 26/02/2008 21:33

Chère Ciboulette, tu peux te vanter d'avoir réussi  avec ce texte que je connaissais pourtant  issus du magnifique film "Le Dictateur" mais dont j'avais oublié d'y avoir penser tout le temps, je dois être trop sensible!un lien sur You tube: http://fr.youtube.com/watch?v=5BbFs6fQGowSa version anglaise si quelqu'un est interessé: The way of life can be free and beautiful.But we have lost the way.Greed has poisoned men's souls - has barricaded the world with hate; has goose-stepped us into misery and bloodshed.We have developed speed but we have shut ourselves in: machinery that gives abundance has left us in want. Our knowledge has made us cynical, our cleverness hard and unkind. We think too much and feel too little: More than machinery we need humanity; More than cleverness we need kindness and gentleness. Without these qualities, life will be violent and all will be lost.The aero plane and the radio have brought us closer together. The very nature of these inventions cries out for the goodness in men, cries out for universal brotherhood for the unity of us all. Even now my voice is reaching millions throughout the world, millions of despairing men, women and little children, victims of a system that makes men torture and imprison innocent people. To those who can hear me I say "Do not despair".The misery that is now upon us is but the passing of greed, the bitterness of men who fear the way of human progress: the hate of men will pass and dictators die and the power they took from the people, will return to the people and so long as men die [now] liberty will never perish...Soldiers - don't give yourselves to brutes, men who despise you and enslave you - who regiment your lives, tell you what to do, what to think and what to feel, who drill you, diet you, treat you as cattle, as cannon fodder.Don't give yourselves to these unnatural men, machine men, with machine minds and machine hearts. You are not machines. You are not cattle. You are men. You have the love of humanity in your hearts. You don't hate - only the unloved hate. Only the unloved and the unnatural. Soldiers - don't fight for slavery, fight for liberty.In the seventeenth chapter of Saint Luke it is written " the kingdom of God is within man " - not one man, nor a group of men - but in all men - in you, the people.You the people have the power, the power to create machines, the power to create happiness. You the people have the power to make life free and beautiful, to make this life a wonderful adventure. Then in the name of democracy let's use that power - let us all unite. Let us fight for a new world, a decent world that will give men a chance to work, that will give you the future and old age and security. By the promise of these things, brutes have risen to power, but they lie. They do not fulfill their promise, they never will. Dictators free themselves but they enslave the people. Now let us fight to fulfill that promise. Let us fight to free the world, to do away with national barriers, do away with greed, with hate and intolerance. Let us fight for a world of reason, a world where science and progress will lead to all men's happiness.Soldiers - in the name of democracy, let us all unite!Look up! Look up! The clouds are lifting - the sun is breaking through. We are coming out of the darkness into the light. We are coming into a new world. A kind new world where men will rise above their hate and brutality.The soul of man has been given wings - and at last he is beginning to fly. He is flying into the rainbow - into the light of hope - into the future, that glorious future that belongs to you, to me and to all of us. Look up. Look up."Final Speech of "The Great Dictator" by Charlie Chaplin 1940

plumedecib 27/02/2008 00:46

Merci polash.. Ce texte m'a moi aussi beaucoup émue... J'espère qu'il intéressera beaucoup de Monde. Il faut le lire, c'est important... Et je vais mettre la version en anglais. Merci à toi

Polash 25/02/2008 18:36

Ciboulette, merci pour ce texte magnifique de la part d'un homme tout aussi magnifique qui est à mes yux un Maître , tous ses films  sont des  engagements forts et il fut le premier , cet homme fut un resistant avant l'heure , il a compris bien avant beaucoups la force des médias et du cinéma.Dans ce monde qui  a tendance à s'unniformiser  ; à  se soporofiser , Charles Chaplin est une réference son  Oeuvre un Monument.Merci encore Ciboulette pour ce partage de liberté et de fraicheur qui fait du bien.Bien cordialement. Philippe

plumedecib 25/02/2008 19:22

Je pense comme toi Polash. Cet homme est une référence.

mycr 25/02/2008 15:04

Voici un beau texte de quelqu'un qui a créé ce magnifique film "le dictateur" à la face de ce dictateur même. 

plumedecib 25/02/2008 15:17

Oui, en 1940, il fut sans doute l'un des rares à s'élever publiquement contre ce dictateur. Il s'est servi de sa notoriété, du fait qu'il était un personnage public. J'aimerais bien que quelques-uns s'élèvent aujourd'hui.Et son texte est complètement d'actualité. Comme quoi, rien n'a vraiment changé.